Accueil > Musique > 2022 > Equipe de Foot - Géranium

Equipe de Foot - Géranium

vendredi 24 juin 2022, par Marc


Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.

Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que j’ai apprécié le plus à l’époque et encore moins maintenant. Surtout que leur jeune compatriote Feldup propose des morceaux plus alléchants. Mais attitude bougonne mise à part, il y a fort à parier qu’il y a du quadragénaire client parmi mon lectorat.

Ceux-là pourront apprécier les grosses guitares sur rythmique lentes sur Quatre-Vingt-quatorze qui est sans doute une année d’inspiration pour le genre. Mais bon, on ne se hisse pas non plus au niveau des modèles. On préfère logiquement quand ils versent dans une pop indé avec tous les marqueurs du genre comme une voix plutôt haut perchée, mélodies tristounes et une batterie créative. Enfin c’est une des possibilités et on se sent concernés sans doute aucun.

Leur côté pop se traduit par une bienvenue volonté de trousser des mélodies. C’est le côté le plus enthousiasmant. Sachez quand même que c’est chanté en anglais avec un accent qui ne l’est pas franchement, ce qui ressort plus quand le tempo se ralentit. Ça peut être une réticence (Cosy Nothing, Moving Coffin) ou pas.

Lorgnant franchement vers un pan pop-rock à grosses guitares et mélancolique à la fois des nineties, Equipe de Foot propose une plongée dans l’époque qui s’adresse surtout aux nostalgiques. Ce n’est vraiment pas mon truc mais je m’en voudrais de le passer sous silence si c’est le vôtre.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Equipe de Foot - Géranium 25 juin 09:15, par Laurent

    En quadra-public-cible, je dois dire que le premier morceau m’a enthousiasmé puis que j’ai commencé à décrocher à partir du deuxième. Mon intérêt a été relancé à diverses reprises (les deux derniers titres par exemple), la mélancolie lo-fi occasionnelle me faisant penser à Troy Von Balthazar, mais je suis moins fan ici des envolées de grosses guitares. J’ai l’impression que l’album a un peu le séant entre deux chaises, ce qui fait que j’en ai beaucoup aimé une petite moitié, cependant que l’autre m’a totalement laissé sur le carreau.

    repondre message

    • Equipe de Foot - Géranium 25 juin 15:28, par marc

      C’est vrai qu’on sent clairement deux influences qui ne fusionnent pas. Mais il faut sans doute oser dire que le plus gros problème c’est le déficit de morceaux marquants...

      repondre message

  • Equipe de Foot - Géranium 27 juin 21:31, par équipe de foot le groupe de musique

    Désolé on se concentrera plus la prochaine fois ! En tout cas merci pour la chronique !

    repondre message

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)