Accueil > Musique > 2022 > Foals – Life Is Yours

Foals – Life Is Yours

mercredi 29 juin 2022, par Marc


Depuis un certain temps, chaque sortie de Foals suscite un peu de curiosité et on se promet de passer notre tour si ça ne nous inspire pas. Et depuis longtemps, on n’est plus séduits mais toujours assez pour formuler un avis. On avait quitté la formation anglaise sur un double album qui étrangement ne lançait pas les idées nouvelles que le format laissait espérer.

Jamais désagréable, toujours bien propre sur soi et bien exécutée, la musique de Foals manque de plus en plus de personnalité. Ils semblent avoir fait la paix avec leurs ambitions, sachant que le succès ne les a jamais quittés. Ils assurent donc le minimum pour rester dans les radars, ne jamais trop se compromettre non plus (ce n’est tout de même pas Coldplay). Il faut dire qu’ils savent maintenir un peu d’ampleur, un certain espace amené notamment par des périodes de calme relatif. Leur sens du groove est là aussi (2001), et même quand c’est mollasson (Crest of The Wave) ce n’est pas désagréable. La voix est plus effacée que jamais, si c’est un marqueur de reconnaissance, ce n’est jamais un point d’attraction chez eux.

Cette tendance plus directe réclame sans doute un peu de fièvre, celle du premier album ou de The Rapture (ils ont même les cowbells) ou la folie douce de  !!! Ce petit supplément arrive tout de même quoique de façon sporadique. On entend quelques moments d’euphorie comme ce roulement irrésistible sur The Sound. C’est une musique plus positive et aérée et qui a besoin de cette exultation (plus rare) pour fonctionner à plein. Il y a aussi de la tension sur Wild Green. Ce sont des relents de leurs anciennes façons, qui donnent un peu de regret, un minimum d’espoir pour le futur, quand on écoutera quand même un prochain album sans succomber ni pouvoir complétement détester non plus.

On sait que Foals est en pilotage automatique depuis quelques temps. Ce qui n’empêche pas leurs albums d’être agréables à défaut de marquer. On n’a pas encore décidé si on le déplore ou si on les admire pour
ça. On se décidera peut-être à l’écoute du prochain album. Ou pas.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)