Accueil > Musique > 2022 > Perfume Genius – Ugly Season

Perfume Genius – Ugly Season

lundi 11 juillet 2022, par Marc


Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.

Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des résidences à Seattle, Minneapolis, New York et Boston au cours de l’année 2019. Gageons aussi que ce contexte pousse Hadreas à expérimenter un petit peu (voire beaucoup comme on le verra) et le résultat prend de toute façon la forme d’un album cohérent qui n’a aucunement besoin de son support dansé pour convaincre.

Si on retrouve vite son délicat falsetto sur Teeth, la palette vocale prend vite la tangente, sa façon de poser sa voix peut évoquer Jamie Stewart (Xiu Xiu) sur Just a Room. Mais les émotions sont aussi purement musicales comme Herem et ses imposants soubresauts d’orgue, avec un retour au calme est quasiment immédiat.

Pour le reste, c’est un voyage étrange et luxuriant (les échos de voix de Pop Song) qui peut aussi déranger par moments, le piano de dérangé de Scherzo ou un morceau comme Hellbent ne prennent pas vraiment l’auditeur par la main mais dégagent une sacrée tension. Et on aura rencontré au passage le reggae éthéré de la plage titulaire, comme du dub sous acide, ou alors l’étrange groove d’Eye In The Wall, magnifique morceau truffé de sons minimal et glitch auxquels on est toujours sensibles.

Impossible de faire le chemin en arrière mais on sait que l’écriture délicate et l’émotion à fleur de peau sont toujours là, non plus comme une fin en soi mais comme une expérience, un socle sur lesquels ces morceaux subtils et complexes peuvent se reposer. On souligne à chaque fois à quel point l’évolution de Mike Hadreas est impressionnante. Certes, ils sont loin les débuts timides mais ceci est une œuvre d’art contemporain, manifestation d’un artiste doué à son sommet.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)