Accueil > Musique > 2005 > Royksopp : The understanding

Royksopp : The understanding

mardi 22 août 2006, par Marc


Le premier album Melody AM avait bien plus et s’était bien vendu, défendu par des singles accrocheurs mais souvent trop longs. Gageons que les singles catchy ne seront pas ici au rendez-vous. Voyons pourquoi.
A l’écoute de l’instrumental d’introduction (Triumphant), l’ampleur se révèle plutôt réjouissante, la mélancolie de bon ton.

Dès le second morceau apparaît la mauvaise idée : ils chantent. D’une voix fluette et de fausset et sous-mixée, sensée sans doute participer d’un climat vaporeux mais rend le tout bien trop léger. C’est rendu plus pénible encore quand l’orchestration est plus discrète (49 percent et sa montée téléphonée).

Si mélodiquement, les dons des deux comparses sont indiscutables, il reste parfois trop en retrait. Mais on se croirait parfois dans le pire de la french touch (certains mauvais Daft Punk de la période Discovery). Est-ce dû à l’omniprésence de sons de cymbales synthétiques qui rend le tout juste bon à sonoriser un défilé de mode ? Ou des montages vidéos cheap (Follow my ruin) Le spectre des morceaux trop longs (Boys) frappe encore. Alors que juste un chant avec accent germanique avait capté l’attention (Karine Dreijer sur What else is there), un second bon morceau arrive (Alpha male). S’il commence forcément doucement, il y a une tension, un petit enjeu qui manque au reste.

Après ce morceau-là, on regrette d’autant plus le fadissime Someone like me et l’instrumental mielleux Dead to the world qui clôture cette plaque.
Je n’exige pas de la musique qu’elle me bouleverse mais j’aime qu’elle ne m’énerve pas. Follow my ruin ou beautiful day without you sont pour moi des exemples frappants de cette légèreté fade qui en général laisse les gens indifférents. La critique d’un album est un exercice éminemment subjectif, donc il vous faudra vous faire vous-mêmes un avis.

Personnellement, je garde deux morceaux et dois au reste une belle exaspération. J’irai, par objectivité ou masochisme, voir ce que ça donne sur scène au Pukkelpop. Près de la sortie quand même... (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)