Accueil > Musique > 2005 > Royksopp : The understanding

Royksopp : The understanding

mardi 22 août 2006, par Marc


Le premier album Melody AM avait bien plus et s’était bien vendu, défendu par des singles accrocheurs mais souvent trop longs. Gageons que les singles catchy ne seront pas ici au rendez-vous. Voyons pourquoi.
A l’écoute de l’instrumental d’introduction (Triumphant), l’ampleur se révèle plutôt réjouissante, la mélancolie de bon ton.

Dès le second morceau apparaît la mauvaise idée : ils chantent. D’une voix fluette et de fausset et sous-mixée, sensée sans doute participer d’un climat vaporeux mais rend le tout bien trop léger. C’est rendu plus pénible encore quand l’orchestration est plus discrète (49 percent et sa montée téléphonée).

Si mélodiquement, les dons des deux comparses sont indiscutables, il reste parfois trop en retrait. Mais on se croirait parfois dans le pire de la french touch (certains mauvais Daft Punk de la période Discovery). Est-ce dû à l’omniprésence de sons de cymbales synthétiques qui rend le tout juste bon à sonoriser un défilé de mode ? Ou des montages vidéos cheap (Follow my ruin) Le spectre des morceaux trop longs (Boys) frappe encore. Alors que juste un chant avec accent germanique avait capté l’attention (Karine Dreijer sur What else is there), un second bon morceau arrive (Alpha male). S’il commence forcément doucement, il y a une tension, un petit enjeu qui manque au reste.

Après ce morceau-là, on regrette d’autant plus le fadissime Someone like me et l’instrumental mielleux Dead to the world qui clôture cette plaque.
Je n’exige pas de la musique qu’elle me bouleverse mais j’aime qu’elle ne m’énerve pas. Follow my ruin ou beautiful day without you sont pour moi des exemples frappants de cette légèreté fade qui en général laisse les gens indifférents. La critique d’un album est un exercice éminemment subjectif, donc il vous faudra vous faire vous-mêmes un avis.

Personnellement, je garde deux morceaux et dois au reste une belle exaspération. J’irai, par objectivité ou masochisme, voir ce que ça donne sur scène au Pukkelpop. Près de la sortie quand même... (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)