Accueil > Critiques > 2005

Royksopp : The understanding

mardi 22 août 2006, par marc


Le premier album Melody AM avait bien plus et s’était bien vendu, défendu par des singles accrocheurs mais souvent trop longs. Gageons que les singles catchy ne seront pas ici au rendez-vous. Voyons pourquoi.
A l’écoute de l’instrumental d’introduction (Triumphant), l’ampleur se révèle plutôt réjouissante, la mélancolie de bon ton.

Dès le second morceau apparaît la mauvaise idée : ils chantent. D’une voix fluette et de fausset et sous-mixée, sensée sans doute participer d’un climat vaporeux mais rend le tout bien trop léger. C’est rendu plus pénible encore quand l’orchestration est plus discrète (49 percent et sa montée téléphonée).

Si mélodiquement, les dons des deux comparses sont indiscutables, il reste parfois trop en retrait. Mais on se croirait parfois dans le pire de la french touch (certains mauvais Daft Punk de la période Discovery). Est-ce dû à l’omniprésence de sons de cymbales synthétiques qui rend le tout juste bon à sonoriser un défilé de mode ? Ou des montages vidéos cheap (Follow my ruin) Le spectre des morceaux trop longs (Boys) frappe encore. Alors que juste un chant avec accent germanique avait capté l’attention (Karine Dreijer sur What else is there), un second bon morceau arrive (Alpha male). S’il commence forcément doucement, il y a une tension, un petit enjeu qui manque au reste.

Après ce morceau-là, on regrette d’autant plus le fadissime Someone like me et l’instrumental mielleux Dead to the world qui clôture cette plaque.
Je n’exige pas de la musique qu’elle me bouleverse mais j’aime qu’elle ne m’énerve pas. Follow my ruin ou beautiful day without you sont pour moi des exemples frappants de cette légèreté fade qui en général laisse les gens indifférents. La critique d’un album est un exercice éminemment subjectif, donc il vous faudra vous faire vous-mêmes un avis.

Personnellement, je garde deux morceaux et dois au reste une belle exaspération. J’irai, par objectivité ou masochisme, voir ce que ça donne sur scène au Pukkelpop. Près de la sortie quand même... (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)