Accueil > Musique > 2005 > The Rasmus : Hide from the sun

The Rasmus : Hide from the sun

mardi 22 août 2006, par Fred


Nous sommes en 2006 et il est temps d’en finir avec les albums de 2005. Nous sommes en 2006 et certains semblent-ils ne l’ont pas encore réalisé.

Voilà ce qu’on pense en écoutant l’album des Rasmus. En effet, cette soupe à un sacré goût de nineties, un mauvais goût de début des nineties. On a l’impression d’assister à une collaboration entre un Jon Bon Jovi au chant et au texte, Metallica à la batterie et la guitare et Evanescence pour le côté faussement « corbeau » et les costumes. Pire ça ressemble parfois à un tribute à Alice Cooper

On se consolera cependant en se disant que pendant que nos petites sœurs écoutent ce rock FM, elles ne tombent pas dans les drogues dures, Kyo et Star Academy en tête. (F.)

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Ben Harper - Give Till It’s Gone

    Lâcher les chiens
    Qu’on doive se pincer ou non pour le croire, Ben Harper frôle les vingt ans de carrière et ceci est son dixième album. Mais comme son titre le laisse croire, l’Américain est prêt à continuer de donner, jusqu’à ce qu’il n’ait plus rien à offrir. C’est là que le bât blesse : pour beaucoup, voilà bien longtemps que sa besace est vide. Sans désamour, on a presque tous considéré tôt ou tard que notre relation avec l’auteur de Burn One Down battait de l’aile. Parce qu’on sait qu’une belle histoire (...)

  • Brandon Flowers - Flamingo

    Killers au carré divisé par Killers = Killers
    Certaines gens crédules, à cause d’un a priori tenace, pensent encore que Pink Floyd veut dire « flamant rose ». On les renverra ici. Non, on sait bien que « flamant » se traduit internationalement par « flamingo », en particulier lorsqu’on leur rend régulièrement visite dans les zoos… flamands. Ainsi, chaque fois que j’emmène la famille au parc animalier de Planckendael, je suis toujours singulièrement interdit en arrivant devant le bassin des « Chilean (...)

  • Lauren Hoffman : Choreography

    Une fois encore, c’est à une chanteuse qui m’était inconnue que je me frotte. Et la voix m’a tout de suite séduit. Broken et As the stars sont fort jolis. La production en est soignée sans être exagérément légère. La mélancolie qui en sourd est moins intense que celle d’une Kelly DeMartino par exemple. Plus spleenesque que désespéré donc. On ne retrouvera malheureusement pas au cours de l’album ces beautés du début. Pourquoi d’ailleurs y avoir placé les deux meilleurs morceaux ? C’est bien d’accrocher (...)

  • Eskobar : A thousand last chances

    Si je vous dit Eskobar, vous penserez de suite à ce duo avec Heather Nova. Et à part ça ? et bien pour moi c’est pareil et j’ai donc profité de la sortie du nouvel album pour palier à ça.
    Mais avant de vous donner mon avis, je vais cracher mon venin un bonne fois pour toute afin que le reste ne soit pas biaisé : les maisons de disque se sont probablement toujours foutu de la gueule du public mais c’est dernier temps, ça commence à devenir vraiment trop évident. Ainsi pour acheter une crédibilité à une (...)

  • Indochine : Alice & June

    Il faut bien commencer 2006 par quelque part. Alors pourquoi pas par un des plus gros vendeurs de l’hexagone ? Un double album qui ne m’est clairement pas destiné mais dont j’estime que les références sont suffisamment claires pour mériter une analyse. Et qui sait si en chemin on ne rencontrera pas quelque chose d’intéressant à écouter ou à en dire ? De plus, les gens qui passent ici préféreront lire une critique d’Indochine que d’Architecture in Helsinki. Ils sont comme ça, les gens. (encore que là, je (...)

  • Jojo : Jojo

    Je sais c’est très mal ce que je fais : commencer une chronique avec des a priori comptables à la tonne...
    Quoiqu’il en soit, voici donc la dernière lolita en date, Jojo. Un nom aussi simple n’augure déjà rien de bon, un album éponyme ne fait que confirmer les craintes, on est bien ici devant un produit marketing de grande consommation (nom facile, retenable même par les imbéciles).
    Mais laissons le marketing pour regarder du côté de la musique. Tout d’abord et contrairement à ce qu’on tente de nous (...)

  • Moby : Hotel

    Moby a tout essayé. De la techno quand ce n’était qu’une culture underground (période Go, Hymn par exemple), du revival punk (l’album Animal rights) et même de la reprise copie carbone de Joy Division (l’inoxydable New Dawn fades).
    Et puis, d’une idée somme toute assez simple, dépoussiérer de vieux standards de gospel ou de 78 tours de blues, il a fait un hit mondial. L’album Play le propulse au firmament des ventes mondiales et contient de jolies réussites (Porcelain) l’autorisant à tutoyer les plus (...)

  • Keane : Hopes And Fears

    Par les temps qui courent, les excès sucrés et trop riches en calories sont mal vus. C’est pourquoi je m’explique mal le succès de Keane. Pas désagréable, certes, mais est-ce suffisant ? Eh bien, mes amis, mille fois non. On imagine que la prétention est au moins au niveau de Coldplay, mais on n’imite pas Coldplay, on l’écoute juste sans trop comprendre pourquoi ces petites choses fragiles nous touchent tant. A la rigueur, on pourrait citer Travis ou Ah-ha, ce qui est moins reluisant mais plus (...)