Accueil > Critiques > 2022

Niton – Cemento 3D

lundi 10 octobre 2022, par marc


Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.

Une version de cet album basé sur des enregistrements glanés au long de 5 années de créations est déjà sortie l’an passé sur le label berlinois label Shameless Records. Ceci est une relecture ‘3D’ de ce matériau. Et en effet, on retrouve des effets stéréo bien réussis (Baylanis) et une pulsation qui prend forme. C’est enveloppant, un peu moite et dans les canons de l’electro minimale de la fin du siècle passé mais encore plus dense.

Il y a de vraies constructions, pas vraiment un patchwork, et déjà rien que ça est une petite performance. Et puis ça vit, ça s’agite sur un mode légèrement anxiogène (Asmant), avec des claviers discrets viennent parfois aérer le tout. Mais le ton peut se faire plus âpre (Mortel) ou plus grinçant parfois, des violoncelles servent visiblement de base à Maas. Ce morceau est d’ailleurs consigné sur un flexidisc. Mais ils poussent le concept un peu loin, c’est la pochette qui est gravée, pas le disque de carton au milieu, dans un floutage de la limite entre contenu et contenant qui visiblement les amuse beaucoup. Bref, cet exercice qui sur le papier semblait cérébral se révèle un vrai plaisir d’écoute.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)