Accueil > Musique > 2022 > Izzy and The Black Trees - Revolution Comes in Waves

Izzy and The Black Trees - Revolution Comes in Waves

mercredi 12 octobre 2022, par Marc


Si la Pologne ne nous évoquait pas nécessairement de frissons musicaux, la découverte d’Izzy and The Black Trees avait changé la donne. On avait en effet décelé sur le premier album le haut patronage de Patti Smith ou PJ Harvey et on avait tout de suite apprécié. Ce second album ne fait que confirmer les belles dispositions, avec un virage vers une tension post-punk qui ne pourra pas déplaire, au détriment de tendances plus psyché/stoner sont moins prégnantes ici même si elles ne sont pas reniées comme le confirme Visions.

Ce qu’on aime toujours, c’est que c’est solide et puissant sans devoir être trop bruyant. Et puis il y a le charisme indéniable de la voix d’Izabela "Izzy" Rekowska, qui peut déclamer ou éructer ou toutes les nuances entre les deux. Dans le timbre, il n’est pas interdit de penser à The Long Blondes.

Et ils frappent fort donc dès I Cannot Breathe qui entraine le plus lancinant Liberate qui distille sa tension comme un post-punk incandescent. Cette maitrise de l’énergie est une qualité primordiale de la formation. Oui, ça peut être furieux comme sur le très court et frappant Candy ou jouer des contrastes comme sur National Tragedy et la voix suit les circonvolutions ou encore livre une belle densité de la fin de Love’s In Crisis. Les sons de guitare sont maintenant plus cold (Petty Crimes) et ça leur va très bien au teint.

On devine que leur énergie puise sa source dans le virage conservateur de leur pays. Break Into My Body laisse planer peu de doutes. Ça y est, on a un groupe rock polonais préféré, c’est un snobisme comme un autre. On l’a déjà dit, le rock n’est plus vraiment le genre qu’on écoute le plus. Mais de même que ceux qui mangent moins de viande veulent en manger de la meilleure, ceci est du premier choix.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • On avait évidemment découvert le précédent ici et on ne l’avait pas oublié... l’exotisme y était peut-être pour quelque chose ? En tout cas, cette nouvelle galette surclasse allègrement l’impression laissée au dernier épisode. L’énergie n’est pas forcément toujours in your face, on est parfois plus proche du mode "tapi dans l’ombre", mais ça a de la dégaine !

    repondre message

    • C’est rare les groupes qui s’améliorent après un premier album frappant, et c’est le cas ici. Je serais curieux de voir ça en concert (que je ne fais plus du reste) pour voir s’ils arrivent à retraduire ça. Si c’est le cas, c’est immanquable

      repondre message

  • Dewaere – What Is Pop Music Anyway ?

    Il est des gens qui ingèrent des boissons énergétiques comme on boit de l’eau, c’est un goût qu’ils ont développé. D’autres n’y recourent que dans des contextes particuliers. Il en est de même pour le rock plus musclé. On se range alors au rang des usagers occasionnels et ceci est notre canette du mois d’avril. Autant qu’elle fasse l’effet maximal.
    Si on a autant apprécié cette ingestion, c’est notamment parce qu’on retrouve un certain Maxwell Farrington au chant. Lui qui nous avait gratifiés d’un très (...)

  • Izzy and The Black Trees - Trust No One

    Non, la rockeuse n’est pas l’artiste la plus représentée dans ces colonnes virtuelles. On a pu parler de Baby Fire ou la bande de Cheap Satanism ou encore de Be Your Own Pet mais ce n’est pas énorme. Que dire alors des artistes polonais, absents ici en plus de 2400 articles. Mais quand l’occasion se présente sous la forme d’un album emballant, on n’hésite pas.
    Les figures tutélaires inévitables du genre sont Patti Smith et PJ Harvey. Le cousinage avec la référence des passionarias est patent sur Mr (...)

  • CSS - La Liberación

    L’insoutenable frivolité de l’être
    CSS pour « cansei de ser sexy ». Fatigué d’être sexy, le quintette brésilien a très tôt délaissé son électro-pop sensuelle et glamour pour un second album aux relents de punk mal digéré. Faisant suite à un premier disque jouissif, le pénible “Donkey” faisait figure de cas d’école dans le contexte des sensations d’un jour, ces nombreuses formations un peu trop vite montées en épingle et incapables d’assurer dans d’autres disciplines que le sprint. Bonnet d’âne, donc. Vient (...)

  • Grand Duchy - Petits Fours

    Réception chez les Thompson
    Grand Duchy... Petits Fours, c’est français ou Luxembourgeois ? Un duo d’après la pochette... Beaucoup de duos en France, écoutons... Mouais pas mal, mais je connais cette voix... Je la connais même très bien, c’est pas français du tout.
    Oui Charles Thompson aka Francis/Frank Black n’est jamais à court de surprises. Si c’est bien à lui qu’appartient cette magnifique nuque sur la pochette, c’est aussi à lui qu’appartient la dame à ses côtés (mille excuses auprès des collectifs (...)