Accueil > Musique > 2022 > Marble Sounds - Marble Sounds

Marble Sounds - Marble Sounds

lundi 7 novembre 2022, par Marc


La douceur de Marble Sounds est un refuge qui ne nous a jamais déçus. Le versant moins folk de sa formation jumelle Isbells a sorti un cinquième album et la bande de Pieter Van Dessel garde la façon de rester intimes tout en étant amples et est remarquable.

Sans surprisie, c’est toujours beau, fluide et éthéré. My Initial Intentions est même un instrumental. Et puis ils peuvent compter sur des mélodies fortes, qui peuvent se fredonner. Les morceaux restent courts mais proposent une progression (Axolotl) et sont bien consistants (Priorats), voire carrément poignants comme le final The Ever After. On entend même du vocoder et on se rappelle que cet irritant accessoire sur ce genre de musique n’est pas nouveau comme en témoignent les tentatives de Bon Iver ou Sufjan Stevens. Mais à ces doses limitées, c’est une coquetterie qui se fond parfaitement au décor.

Incroyable de voir la place que prend un Hooverphonic maintenant faiblard dans le paysage musical flamand quand Marble Sounds confirme album après album qu’ils sont une formation majeure. Cette inutile pique mise à part, Marble Sounds semble polir ses albums jusqu’à une presque-perfection sans que le spectaculaire n’empiète sur une indéniable sensation de proximité. Des amis précieux donc.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Marble Sounds - Marble Sounds 8 novembre 08:36, par Laurent

    Solide ! Je ne me souvenais pas que Marble Sounds (un incontournable sur le site) était capable d’atteindre cette profondeur (ou amplitude, comme on dit ici). Ou peut-être se sont-ils simplement bonifiés ? C’est tellement constant que ça manque presque de morceaux marquants... ou alors il y en a plein ? En tout cas le savoir-faire est remarquable.

    repondre message

    • Marble Sounds - Marble Sounds 11 novembre 14:02

      Ils n’ont jamais vraiment déçu mais c’est clair qu’ils deviennent de plus en plus forts, de plus en plus amples. C’est vrai qu’il manque peut-être un single plus évident, même si pour ceux qui écoutent des albums, celui-ci est vraiment excellent de bout en bout...

      repondre message

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)