Accueil > Critiques > 2022

Marble Sounds - Marble Sounds

lundi 7 novembre 2022, par marc


La douceur de Marble Sounds est un refuge qui ne nous a jamais déçus. Le versant moins folk de sa formation jumelle Isbells a sorti un cinquième album et la bande de Pieter Van Dessel garde la façon de rester intimes tout en étant amples et est remarquable.

Sans surprisie, c’est toujours beau, fluide et éthéré. My Initial Intentions est même un instrumental. Et puis ils peuvent compter sur des mélodies fortes, qui peuvent se fredonner. Les morceaux restent courts mais proposent une progression (Axolotl) et sont bien consistants (Priorats), voire carrément poignants comme le final The Ever After. On entend même du vocoder et on se rappelle que cet irritant accessoire sur ce genre de musique n’est pas nouveau comme en témoignent les tentatives de Bon Iver ou Sufjan Stevens. Mais à ces doses limitées, c’est une coquetterie qui se fond parfaitement au décor.

Incroyable de voir la place que prend un Hooverphonic maintenant faiblard dans le paysage musical flamand quand Marble Sounds confirme album après album qu’ils sont une formation majeure. Cette inutile pique mise à part, Marble Sounds semble polir ses albums jusqu’à une presque-perfection sans que le spectaculaire n’empiète sur une indéniable sensation de proximité. Des amis précieux donc.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Marble Sounds - Marble Sounds 8 novembre 2022 08:36, par Laurent

    Solide ! Je ne me souvenais pas que Marble Sounds (un incontournable sur le site) était capable d’atteindre cette profondeur (ou amplitude, comme on dit ici). Ou peut-être se sont-ils simplement bonifiés ? C’est tellement constant que ça manque presque de morceaux marquants... ou alors il y en a plein ? En tout cas le savoir-faire est remarquable.

    repondre message

    • Marble Sounds - Marble Sounds 11 novembre 2022 14:02

      Ils n’ont jamais vraiment déçu mais c’est clair qu’ils deviennent de plus en plus forts, de plus en plus amples. C’est vrai qu’il manque peut-être un single plus évident, même si pour ceux qui écoutent des albums, celui-ci est vraiment excellent de bout en bout...

      repondre message

  • Chaton Laveur - Etat Sauvage

    Parfois il faut de la flexibilité mentale pour réconcilier des concepts. D’un côté on a un nom vraiment amusant mais improbable et une goutte d’eau qui poursuit un promeneur. De l’autre une musique qui revendique à juste titre une étiquette kraut-pop.
    Julie Odeurs et Pierre Lechien profitent donc de cette base solide qui permet la fantaisie par ailleurs. Laquelle peut s’exprime à travers des (...)

  • Billions of Comrades - Trotop

    Une certaine distance vis-à-vis des artistes qui sont critiqués ici rend incongrue la proximité géographique. 1480 est un morceau ici mais aussi un code postal. Y a-t-il une école wallonne de la turbulence ? Si on se réfère à La Jungle et ceci, ce n’est pas impossible. Est-ce une coïncidence s’ils font tous deux partie du catalogue Rockerill ? Nous ne le pensons pas.
    Mais cet album produit par Gil (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)