Accueil > Musique > 2022 > Garden With Lips - Magnolia

Garden With Lips - Magnolia

vendredi 11 novembre 2022, par Marc


La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.

On commence par un instrumental languide, que certains plus âgés pourront rapprocher de la période Faith de The Cure et c’est une bonne entrée en matière pour ce qui reste de la chanson française mais qui s’extrait de ce cadre qui peut être étriqué. On retrouve cette influence dans plusieurs morceaux et les climats conférés sont plus que plaisants.

Ces morceaux plus filandreux qu’il n’y parait et qui nous coincent dans leurs filets (Au Bout De La Nuit). C’est cette densité qui plait (Animal), cette propension à pousser jusqu’à l’incandescence la fausse simplicité d’une mélodie
Ce qui rend ces morceaux aussi lancinants (Descendre). Des zébrures électriques peuvent perturber le groove paradoxal de Tu Bouges. Il nous quitte sur Avant Le Flou qui est une nouvelle brillante démonstration de son style.

Certains l’ont senti très vite, certains patronymes ne conviennent plus à la musique pratiquée. Clap Your Hands Say Yeah ou Miam Monster Miam sont les deux premiers exemples qui viennent en tête et ce nom-ci interloque aussi. Mais ce n’est qu’un des éléments du mystère. La poésie est un peu sombre mais il trouve le bon ton, celui qui s’entortille et monte avec le son. Ce Magnolia nous fournit donc des émotions fortes et cette sortie de l’Eglise de la petite folie (où il est également graphiste) est une belle découverte francophone, de celles qui accompagnent en laissant une trace.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Vincent Delerm – Comme Une Histoire Sans Paroles / Bozar 04/11/2022

    C’est souvent la réédition d’albums que l’on croyait moins vieux qui nous fait prendre conscience du temps qui passe. Mais pour célébrer les 20 ans de la sortie de son premier album, Vincent Delerm ne s’est pas contenté d’une édition augmentée d’inédits mais d’un petit paquet comprenant un livre et des goodies (du brol en bon belge), un album de versions instrumentales et un long album de documents sonores. Ce sont ces derniers dont on va parler ici avant d’évoquer un concert récent à Bozar.
    Comme Une (...)

  • Zedrine – Arborescence

    C’est en tant que vocaliste de Dum Spiro qu’on vous avait parlé de Zedrine. Le revoici donc presque seul. On l’a déjà évoqué, la chanson française est à prendre dans un sens plus large que la tradition de Saint-Germain le voudrait. Nous sommes en 2022 et il y a une infinité de variations entre Pierre Lapointe et Maitre Gims. Ce n’est pas un jugement de valeur, juste un continuum stylistique dans lequel on aime pousser ses propres limites.
    Celles de Zedrine sont donc plus compliquées à cerner et c’est (...)

  • Gystain.N - Danser Sous Les Bombes

    On l’a déjà dit, la chance du débutant n’existe pas en critique et sortir de sa zone de confort signifie souvent sortir de sa zone de compétence. C’est pourquoi on traite peu de rap, notamment parce qu’on n’en écoute pas assez pour avoir une vision suffisamment pertinente. Mais bon, parfois un artiste d’un genre ignoré nous tape dans l’oreille, c’est juste comme ça, c’est au cas pas. Il y eut Abd-Al-Malik, lâché depuis parce qu’on ne se retrouvait pas dans son mysticisme. Sans doute par manque de (...)

  • Zaïmoon - Aprèm’ Typique

    La drague, les coups entre copains, une oisiveté revendiquée, voilà l’univers auquel nous convie Zaïmoon. Alors on se laisse porter dans sa déambulation bruxelloise. Parce que la capitale belge et flamande est plus qu’un décor, c’est carrément un personnage ici. Le name-dropping de lieu est intense, à un point tel qu’on se pose des questions sur le potentiel d’export à l’extérieur du ring. Mais ce n’est pas non plus une brochure, alors on le suit dans sa semi-oisiveté assumée.
    Ce qui déconcerte au final, (...)