Accueil > Critiques > 2023

The Coral Sea - Golden Planet Sky

vendredi 3 février 2023, par marc


J’ai fréquenté la beauté/Je n’en ai rien gardé

Si Jean-Louis Murat parle pour lui, on peut pour notre part témoigner qu’on n’a jamais oublié la beauté qui sourdait des albums de Rey Villalobos en tant que House of Wolves. Il a fallu une mise en lumière de l’indispensable Laurent pour qu’on se rende compte qu’il officiait maintenant en tant que The Coral Sea. Et constater par ailleurs que l’album qui était éponyme maintenant ne l’est plus.

Si l’étiquette a un peu changé, le contenu est lui aussi un peu différent. La plage titulaire est une dream-pop fondante qui s’accorde mieux que bien de son chant délicat. Raincoat et son hautbois rentrent un peu dans le rang mais on retrouve vite son impeccable langueur répétitive de Runs into The Arms of Fear. Il arrive à faire monter seul Broken Circle en répétant la même phrase. De la belle ouvrage à n’en pas douter.

L’émotion telle qu’on lui connaissait est pleinement retrouvée sur Love Is No Sacrifice, avec en prime une guitare pleine d’un fuzz seventies. Ce fuzz donne une teinte pop vintage à Hero et d’une manière générale enrichit cet album. On pourrait d’ailleurs dater la pochette de cette époque.

On a aussi quelques gimmicks bien sentis sur Your Feathers Up. Comme l’interprétation est toujours intense, ces petits plus envoient les morceaux dans une autre dimension. Et on reconnait tout de suite un des grands morceaux de l’année en cours (le single est sorti en 2022 mais ne chipotons pas...). Il va falloir aller le chercher celui-là.

Le parcours musical de Villalobos n’est pas sans rappeler celui de The Antlers, rappelant que le chemin peut être court de la beauté pure à l’évanescence mais que les deux ne sont pas étanches. En tous cas, on est heureux de retrouver la trace du tellement précieux Rey, surtout que cet album d’un très beau niveau contient quelques pépites.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • The Coral Sea - Golden Planet Sky 5 février 2023 07:14, par Laurent

    Ce que dit Murat n’engage toujours que lui, en particulier quand il parle de ses collègues ! :D

    Si évidemment je te rejoins sur la qualité de ce disque, je note deux choses. La première, c’est que Your Feathers Up fait quand même pas mal penser à du Sophia, non ? Je viens seulement de m’en rendre compte. La seconde, c’est que tu fais judicieusement remarquer que la pochette fait très seventies aussi. Et comme Love Is No Sacrifice présente pour moi de grandes réminiscences du "All Things Must Pass" de George Harrison (sorti en 1969, je crois, mais ne chipotons pas ^^), j’ai tout à coup une révélation en constatant que le visuel y renvoie aussi. Ça me fait comme une sensation genre "dernière scène de Usual Suspects". Je me suis complètement fait matrixer, comme disaient les jeunes en 2020. Merci Marc, merci Rey, merci les jeunes.

    repondre message

    • The Coral Sea - Golden Planet Sky 6 février 2023 08:09, par Marc

      Ah oui tiens, en effet on peut penser à Sophia dans ses moments plus pop (toutes proportions gardées bien entendu) mais je dois humblement avouer que je connais mal Georges Harrison. Le twist de critique s’associe bien avec Rey, ça me fait penser qu’on imaginait que c’était une chanteuse...

      repondre message

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)