Accueil > Critiques > 2023

Clara Engel – Their Invisible Hands

mercredi 8 février 2023, par marc


D’emblée hantée, la musique de la Canadienne (de Toronto) Clara Engel est taillée pour la fascination. Et on le sait, ce n’est pas un sentiment facile à définir ou tracer. Si vous préférez une description piste-par-piste qui n’en déflore pas le mystère, elle s’en charge elle-même.

Cet album réclame peut-être un peu d’investissement, ou en tous cas un contexte propice. Si c’est une possibilité, ce serait dommage de la cantonner à la musique d’ambiance. On y entend pourtant des ombres de voix avant qu’elle ne prenne les avant-postes. Il s’agit d’une mise en musique d’un poème de Yeats, The Stolen Child.

Il ne faut pas tourner autour du pot, c’est beau, indéniablement. Lent, hanté, lancinant. Quand on retrouve des bribes de violoncelle sur Dead Tree March ou Murmuration, on écoute des morceaux un peu répétitifs, modulé par l’humanité indéniable de la voix de Clara, dégageant une lenteur recueillie (High Alien Priest). Souvent d’ailleurs les instruments n’en sont pas (percussions sur des boîtes à cigare, ce genre) mais c’est l’évocation qui est privilégiée. Ce qui n’empêche pas une belle tenue mélodique (Golden Egg, High Alien Priest), voire une petite pulsation sur Magic Beans.

Le résultat est un peu austère sans doute, très instrumental mais c’est aussi un de ses charmes. On peut penser aussi aux ambiances dégagées par les premiers albums de Lisa Germano mais où l’ironie aurait fait place à la contemplation.

J’espère qu’il y a dans votre existence des moments où ce genre de beauté peut percoler. Loin des plaisirs immédiats, cet album de Clara Engel est long en bouche, pousse à faire un petit pas de côté pour se frotter au monde qui nous entoure.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • My Name Is Nobody - Merci Cheval

    La veille musicale est un engagement à temps plein. Une fois qu’on a aimé un.e artiste, il semble logique de suivre sa carrière. Pourtant il y a trop souvent des discontinuités. Mais il y a aussi des possibilités de se rattraper. La présence de Vincent Dupas au sein de Binidu dont l’intrigant album nous avait enchantés en était une. On apprend donc qu’il y avait eu un album en mars et l’occasion était (...)

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)