Accueil > Musique > 2005 > Sufjan Stevens : Come On Feel The Illinoise

Sufjan Stevens : Come On Feel The Illinoise

mardi 22 août 2006, par Marc


Voici un album ambitieux. En effet, après son Michigan natal (pas le même que celui des Stooges et White stripes visiblement), c’est pas très loin, dans l’Illinois qu’il puise son inspiration. A ce rythme là, il aura fini le tour des états américains vers 2056. Ca irait plus vite en Belgique mais bon, les sources d’inspiration de la musique folk ne se trouvent pas sur les bords de l’Escaut ou de la Meuse non plus... Ambitieux aussi par son ampleur. Les albums de 22 titres ne sont pas la norme.

Un petit album folk de temps en temps, ça fait vraiment du bien. Mais ce n’est pas dans l’acception d’une musique minimaliste mais dans le type de narration. Les orchestrations sont de fait plutôt acoustiques. C’est donc du folk moderne (plus comme Bright eyes que Sophia), même si me résultat évoque souvent plus Belle and Sebastian (The mans of Metropolis, They are night zombies !! They are neighbours) et les cuivres occasionnels viennent renforcer cette impression. Parfois une guitare vient essayer de relever l’ensemble et soutenir les choeurs mais ça reste discret.

Ce n’est donc pas ampoulé non plus. Une sorte de bon équilibre finalement testé dès le morceau d’entrée (They are night zombies !! They are neighbours).

Certains titres sont véritablement touchés par la grâce comme John Wayne Gacy Jr (un serial killer si mes souvenirs sont bons). Mais d’autres fantômes sont convoqués comme celui de Nick Drake (Casimir Pulasky day et bien d’autres) ou le plus vivant de Neil Young (Seer’s tower). C’est de toute façon assez personnel surtout quand ça ne rappelle rin dans les syncopes de Come on feel the Illinoise. La teneur mélodique est d’un niveau rare (Chicago) et les choeurs enfantins viennent apporter leur dose de légèreté (Chicago, The man of metropolis steals O).

Evidemment, la féerie voulue ne prend pas tout le temps non plus (Prairie fire that wanders about) mais tout reste plutôt digeste grâce aux intermèdes musicaux tantôt psychédéliques (A conjunction of drones, Out of Egypt) tantôt mélancoliques (To the workers of the rockford river).

Au total, un album d’une grâce incomparable dont on sort presque aussi épuisé (En effet 22 titres en enfilade c’est pas une sinécure) que satisfait. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)