Accueil > Critiques > 2023

Philip Selway – Strange Dance

vendredi 10 mars 2023, par marc


Parfois, il est très facile de cerner une personnalité par un seul de ses traits. Ainsi, on ne peut éviter de penser ‘c’est le batteur de Radiohead’ quand on pense à Philip Selway. En marge donc des albums d’un des groupes les plus passionnants qui soient, il sort dans une assourdissante discrétion des albums vraiment plaisants. On s’était déjà fait l’écho du délicat et attachant Familial et de l’EP qui avait suivi, voici un troisième album qui ne nous a pas déçus.

Ceci est d’emblée plus ample que son début très acoustique qui montrait un talent de composition et une simplicité d’exécution assez rafraichissantes. On pense parfois à une version electronica de Gravenhurst (c’est frappant par moments). On ne va pas commettre l’erreur facile de confronter ceci à ce que fait The Smile par exemple mais si la vivacité d’un groupe (un vrai, pas un artiste solo et ses subalternes) vient des projets parallèles de ses membres, ceci est une des preuves que Radiohead (comme The National ou Arcade Fire) est un groupement d’individus doués.

Il y a de bonnes idées comme ces cloches qui sous-tendent What Keeps You Awake at Night qui convoque pas mal de cordes. Mais dans son cas luxuriance ne veut pas dire flamboyance. Si les morceaux ne perdent globalement pas leur intimité avec ces arrangements, on ne se sent pas exagérément retournés non plus. Et occasionnellement, on se dit que la simplicité qui faisait mouche sur son premier album irait fort bien à certains morceaux comme Strange Dance ou The Other Side.

Les tempos sont assez apaisés, il monte un peu le ton sur Picking Up Pieces et le morceau décolle d’autant mieux. Il n’est pas là pour rappeler qu’il est batteur et à quel point les réussites de Radiohead doivent à son inventivité. C’est respectable mais on sent qu’il y a des pistes à creuser par-là. Il y a une vraie beauté sereine sur ce troisième album de Philip Selway, qui garde intacte toute la sympathie qu’on avait pour sa musique tout en enrobant ses morceaux de couches.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Kate Nash – 9 Sad Symphonies

    Nous sommes en 2013. Après un premier album acclamé emmené par le tube Foundations, la star de Myspace a confirmé avec My Best Friend Is You la plupart des espoirs placés en elle et la voici en position de définitivement asseoir son statut avec un troisième album traditionnellement piégeux. Mais elle va relever le défi.
    Sauf que vous savez que ça ne ça ne s’est pas passé comme ça. Larguée par son (...)

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • PJ Harvey – I Inside The Old Year Dying

    C’est un phénomène que j’ai du mal à m’expliquer. Il m’est difficile voire impossible de me plonger dans des œuvres récentes d’artistes que j’ai beaucoup aimés il y a longtemps. Si dans certains cas c’est la qualité de leurs albums qui est l’explication la plus facile (Muse, The Killers, Foals...), c’est plus mystérieux en ce qui concerne Radiohead, Nick Cave ou PJ Harvey.
    Il faut dire aussi qu’elle a pris (...)

  • Ralfe Band - Achilles Was A Hound Dog

    Outre un flair hors-normes pour dégotter des talents très actuels (Nadine Khouri, Raoul Vignal, Emily Jane White...), Talitres a aussi le chic de remettre en selle des formations culte. A l’instar de Flotation Toy Warning ou The Apartments, Ralfe Band était passé sous nos radars et c’est le label bordelais qui nous le signale.
    Et il fait bien. Si les albums précédents du groupe d’Oly Ralfe datent (...)