Accueil > Critiques > 2023

Bärlin - State of Fear

lundi 6 mars 2023, par marc


Cet imposant album d’un trio lillois nous semble familier sans que ce ne soit exactement identique à quoi que ce soit. Si on tente de retrouver son chemin, on est très vite tentés de s’y perdre pour mieux s’y fondre. Le chant très expressif dès Deer Flight, un peu comme si Patrick Wolf s’était mis au post-punk poisseux et éructait (aboyait même sur Revenge). On y secoue lentement la tête pendant que la clarinette prend ses aises. C’est post-punk peut-être dans la sècheresse occasionnelle et l’aspect anguleux mais le style est plus large que ça.

Surtout quand on se frotte à des morceaux plus atmosphériques comme A Glowing Whale, où la clarinette prend la tangente sur un fond dense et envoûtant. La solidité de l’ensemble est dingue en général, avec un esprit de bastringue déviant pour garder un peu de mystère et de danger. Il y a de la puissance sans énervement sur Sturm qui pratique une langue allemande qui convient forcément bien. Quant à l’envoûtante fin de Farewell Song, elle convoque les plaisirs du post-rock pour parachever ce délectable banger lent.

La tension qui s’installe et ne débouche pas toujours sur de la fureur. Même si State of Fear fait tout pour que cette pression s’échappe. Dans une lignée de formations qui mélangent dans un lourd chaudron des influences chaudes et froides, il faut avouer qu’on n’avait jamais vraiment entendu ça comme ça. Et ça décoiffe...

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Bärlin - State of Fear 13 mars 2023 18:07, par Laurent

    Pas évident pour moi d’entrer pleinement dans cet album, qui n’est pas sans m’évoquer Morphine. Deux-trois moments m’ont conquis ponctuellement cependant que j’ai eu davantage de mal sur la longueur. Merci (et bien vu pour la comparaison) de m’avoir rappelé l’existence de Patrick Wolf, disparu des radars depuis si longtemps et... de retour en ce début 2023 !

    repondre message

    • Bärlin - State of Fear 19 mars 2023 16:33, par Marc

      Ah oui Morphine, un énorme groupe (qui n’est pas près de revenir malheureusement) !

      J’ai passé beaucoup de temps avec cet album qui grandit vraiment avec les écoutes. Et il est devenu plus que familier, vraiment rassurant.

      repondre message

  • Billions of Comrades - Trotop

    Une certaine distance vis-à-vis des artistes qui sont critiqués ici rend incongrue la proximité géographique. 1480 est un morceau ici mais aussi un code postal. Y a-t-il une école wallonne de la turbulence ? Si on se réfère à La Jungle et ceci, ce n’est pas impossible. Est-ce une coïncidence s’ils font tous deux partie du catalogue Rockerill ? Nous ne le pensons pas.
    Mais cet album produit par Gil (...)

  • Squid - Ô Monolith

    Le post-punk anglais avec morgue est un genre très particulier dans lequel les Londoniens de Squid s’étaient distingués. Il faut dire que ce substrat est utilisé dans tellement de contextes pour tellement de résultats, de Bloc Party à Black Country New Road en passant par Art Brut qu’on peut le décliner de bien des façons.
    Et Squid balaie à lui seul une belle partie du spectre, allant même tutoyer la (...)

  • Rodolphe Coster and Band – High With The People

    On va être tout à fait honnêtes, on n’avait jamais entendu parler du Bruxellois Rodolphe Coster malgré un parcours visiblement déjà fourni, avec un gros pied dans la musique de danse contemporaine. Mais ce n’est pas le plus important, on a copieusement apprécié cet album immédiatement familier.
    New York est ici un endroit d’enregistrement ici mais aussi un style, avec une forte dose de post-punk (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on (...)

  • Mono – Oath

    Ce qui est rare est précieux. Et dans un contexte musical où le post-rock se raréfie, les plaisirs que confèrent une formation comme Mono ne sont pas reproductibes par d’autres genres et deviennent d’autant plus précieux. Mais cette rareté ne confère pas pour autant le statut de chef-d’œuvre au moindre album du genre, loin s’en faut même.
    Une fois ces généralisations balancées, penchons-nous sur le cas (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Midas Fall - Cold Waves Divide Us

    Il ne nous est jamais arrivé de penser qu’une voix manquait à des morceaux. Même quand Albin de la Simone a jeté sur un album instrumental ce qui est devenu plus tard de ’vraies’ chansons, l’élément vocal ne semblait pas indispensable. Dans le cas de Midas Fall par contre, le chant a toujours semblé de trop, redondant par rapport à la majesté du post-rock qui l’entoure. On aborde donc cet album en (...)