Accueil > Critiques > 2023

The Veils – ...And Out of the Void Came Love

lundi 20 mars 2023, par marc


The Veils est ancré à l’histoire de ce site puisqu’à peu de choses près ils avaient constitué un de nos premiers coups de cœur, en 2004. On avait évidemment suivi toute leur discographie, noté qu’ils étaient absents depuis un petit temps mais il faut être honnête, on avait un peu oublié l’album solo de Finn Andrews. En une heure et quinze morceaux, un des albums de l’année fait le tour du propriétaire et des derniers travaux effectués et confirme son statut de chef-d’œuvre scandaleusement sous-estimé.

Les fans de Pink Floyd et de Bowie le savent, Time est un titre qui attire les moments de bravoure et on ajoute cette délectable introduction d’album à la prestigieuse liste. Le chant est un peu moins typique et peut faire penser à Patrick Wolf mais leur évolution ne s’arrête pas à ça. Par exemple, on ne s’attendait pas à entendre The Day I Meet My Murderer de cette façon.

On retrouve un terrain plus connu sur le bouillant Bullfighter (Hand of God) ou sur la langueur d’exultation sur No Limit of Stars. Ils renouent avec cette intensité à la Nick Cave, celle du terrifiant Nux Vomica aussi, cette capacité de transformer ce qui est déjà chaud en incandescence. Cette figure tutélaire est prégnante sur tout l’album et on sait qu’il y a une place à prendre en nos oreilles maintenant que l’Australien ne pratique plus cette folle intensité.

Ceci est un double album, ce qui permet quelques digressions comme une déclamation sur fond d’orgue (Diamonds and Coal) mais d’une manière générale, c’est la cohérence qui prime. Même les morceaux a priori plus évanescents réservent quelques méandres (The World of Invisible Things). Mais surtout, il y a cette beauté frontale sur Rings of Saturn. Le genre de morceau qu’on retrouvait à l’envi sur son album solo mais qui prend ici plus de relief. On dirait des inédits de The Boatman’s Call. Ou du Leonard Cohen (les chœurs évidemment). Craddle Song ou The Pearl II ont aussi cette beauté simple tellement compliquée à réussir et qui donne à penser que ces morceaux ont trouver leur forme définitive. Arriver à cette simple perfection est une des mesures du talent de la bande de Finn Andrews.

Il y a quelque chose de changé chez The Veils, sans doute que la voix de Finn Andrews a évolué. Mais on retrouve assez vite sur cet imposant album toutes les raisons de notre attachement de 20 ans. L’intensité de cette formation est en tous cas insurpassable et cet album monumental en est une preuve irréfutable.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • The Veils – ...And Out of the Void Came Love 21 mars 2023 07:57, par Laurent

    Je suis content que tu aies lâché le mot "chef-d’œuvre", mine de rien il fallait oser. Un peu comme "Je t’aime", c’est pas toujours évident à faire sortir mais ce disque le mérite. Énorme album qui devrait être écouté partout et par tous, voire être remboursé par la mutuelle ! Merci les Veils, ça fait du bien d’être gâté comme ça.

    repondre message

  • Kate Nash – 9 Sad Symphonies

    Nous sommes en 2013. Après un premier album acclamé emmené par le tube Foundations, la star de Myspace a confirmé avec My Best Friend Is You la plupart des espoirs placés en elle et la voici en position de définitivement asseoir son statut avec un troisième album traditionnellement piégeux. Mais elle va relever le défi.
    Sauf que vous savez que ça ne ça ne s’est pas passé comme ça. Larguée par son (...)

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • PJ Harvey – I Inside The Old Year Dying

    C’est un phénomène que j’ai du mal à m’expliquer. Il m’est difficile voire impossible de me plonger dans des œuvres récentes d’artistes que j’ai beaucoup aimés il y a longtemps. Si dans certains cas c’est la qualité de leurs albums qui est l’explication la plus facile (Muse, The Killers, Foals...), c’est plus mystérieux en ce qui concerne Radiohead, Nick Cave ou PJ Harvey.
    Il faut dire aussi qu’elle a pris (...)

  • Ralfe Band - Achilles Was A Hound Dog

    Outre un flair hors-normes pour dégotter des talents très actuels (Nadine Khouri, Raoul Vignal, Emily Jane White...), Talitres a aussi le chic de remettre en selle des formations culte. A l’instar de Flotation Toy Warning ou The Apartments, Ralfe Band était passé sous nos radars et c’est le label bordelais qui nous le signale.
    Et il fait bien. Si les albums précédents du groupe d’Oly Ralfe datent (...)