Accueil > Critiques > 2023

Quentin Sauvé - Enjoy The View

lundi 3 avril 2023, par marc


Il y a sur ce premier album du Français Quentin Sauvé un grain particulier qu’on a déjà rencontré chez des compatriotes Uniform Motion et Iamstramgram, voire même The Callstore). Bref, une écriture soignée, un lyrisme maitrisé et un son qui apparaît comme un rien synthétique, ubiquité oblige. On avait déjà professé un goût pour cette pop savante (dans l’acception proche de l’épopée savante). Même au travers de l’occasionnelle luxuriance, on sent tout de suite l’homme seul aux manettes et c’est très bien comme ça.

Un bon album est composé de bonnes chansons qui doivent être proprement composées et exécutées. Ce sont des fondamentaux qui sont respectés ici. Horizon logiquement proposé en single séduit immédiatement grâce à sa fausse simplicité. Il maitrise en tous cas cet art consommé de l’arpège électrique lancinant et d’une manière générale, on sent le soin pris à développer les sons de la six-cordes, quitte à ajouter des effets sur Punches pour en oblitérer la nudité.

Malgré un passé dans des musiques plus noise et hardcore, il ne fait jamais usage frontal de la distorsion. Pourtant, Random Streets semblait un bon candidat mais le son reste clair. Et c’est déjà bien efficace comme ça mais bon, on ne peut pas s’empêcher d’être curieux. Et même quand le son se fait plus électrique sur Tunnel, il semble provenir d’une guitare acoustique triturée.

See You Soon prend au passage quelques nappes de synthé et c’est très beau. L’expressivité n’est pas identique bien évidemment mais on se rappelle les émotions de Loney, Dear. Ici, la voix prend résolument les devants et le fait bien, poussant même fort à l’occasion. C’est cette conjonction d’une guitare typique et d’une forte expressivité qui fait sa marque de fabrique. On distingue cependant une petite touche de Villagers sur le plus acoustique Loophole. Evidemment, un style ne fonctionne que parce que les morceaux sont bien fichus et tout ce temps passé avec Quentin dans nos oreilles le confirme, ils le sont sacrément.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Quentin Sauvé - Enjoy The View 9 avril 2023 11:08, par Laurent

    Mais c’est bon, ça ! Magnifique, ce Horizon qui n’a aucune peine à se faire remarquer malgré la belle teneur de cet album dans sa globalité. Par moment, on dirait Depeche Mode qui ferait son MTV Unplugged.

    repondre message

    • Quentin Sauvé - Enjoy The View 12 avril 2023 07:26, par Marc

      ’Depeche Mode’ et ’unplugged’, de fait ce sont des références plus anciennes qui collent à cette musique. Je serais curieux d’entendre des versions plus étoffées, même si les morceaux se suffisent à eux-mêmes. Je connais trop peu les Doves pour pouvoir m’en servir comme référence par contre.

      repondre message

  • Quentin Sauvé - Enjoy The View 9 avril 2023 11:09, par Laurent

    Ah oui : j’entends bien la comparaison à Loney Dear. J’ai aussi pas mal pensé aux Doves.

    repondre message

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)