Accueil > Critiques > 2023

KermesZ à l’Est - Octophilia

lundi 1er mai 2023, par marc


On a beau tenter de les combattre, les préjugés ont la vie dure. Quand on se lance dans l’écoute d’un album qui revendique des sources festives d’Europe de l’Est et qu’on voit certaines photos de presse, on s’attend quelque chose de plus bordélique qui du reste aurait pu coller au genre. Mais d’emblée, les transitions et la puissance ne laissent aucun doute, c’est une grosse maitrise qui est à l’œuvre,

On connait depuis longtemps la mélancolie des fanfares et les possibilités d’incorporation dans le landerneau indie. Beirut étant le premier nom qui vienne à l’esprit. L’esprit de ce combo est assez différent, leur technique aussi. Azerian Dub apporte exactement ce qui est prévu, avec du dépaysement mais un brassage de genre qui témoigne d’une belle santé. Le second volet est encore plus spectaculaire, il faut dire qu’on n’a jamais entendu ça comme ça.

Lullylusion se base visiblement sur un air de Jean-Baptiste Lully. On ne va pas faire semblant que la présence du texte déclamé semble indispensable mais ce genre de référence s’incorpore parfaitement au reste. Ils ne sont pas réticents à des incursions dans des styles encore différents puisqu’ils ont partagé un projet avec La Jungle. Un pied dans le jazz, les fanfares dans les bras et tous les membres en mouvement, Kermesz à l’Est est la preuve que la fête, c’est puissant.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • KermesZ à l’Est - Octophilia 2 mai 2023 19:39, par Laurent

    J’avoue avoir trouvé ça très bordélique quand même. Fichus préjugés ! :-)

    Ça n’a rien enlevé au plaisir de se laisser porter par ce joyeux délire, où c’est en fin de compte le morceau déclamé qui m’en a le plus procuré.

    repondre message

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)

  • Peritelle - l’Ampleur des Dégâts

    Alors que les dossiers de presse font état d’un album qui n’existe que dans la tête de ceux qui le défendent, il est difficile de faire mieux que Un album de la presque-maturité où la mélancolie succède presque au second degré... Cela risque d’en faire pleurer plus d’un·e !
    Cette laconique présentation met le doigt sur ce qui fait la spécificité de Peritelle, ’presque’. Parce que c’est dans ces (...)

  • Isbells - Basegemiti

    Isbells avait toujours été associé avec une formation comme Marble Sounds. Les deux groupes ont partagé certains membres et étaient sociétaires du même et attachant label Zeal Records et pratiquaient des genres musicaux similaires. Si Marble Sounds a continué sur la même voie jusqu’au dernier album en date, Isbells semble prendre la tangente. Ils ont donc changé de label, de management et même de (...)

  • La Jungle – Blurry Landscapes

    S’il en est qui ne semblent jamais s’arrêter, ce sont bien les deux turbulents Rémy Venant et Mathieu Flasse. On se remet à peine d’Ephemeral Feast que voici déjà son successeur. Il faut dire que ces deux album ont été tous deux composés pendant les confinements. Un simple album de plus alors ?
    Pas vraiment parce qu’il y a ici une composante visuelle. Ils ont eu en effet l’idée de proposer à dix (...)