Accueil > Critiques > 2023

Garz - Chansons Oubliées

lundi 15 mai 2023, par marc


A l’instar d’un Centredumonde, Garz nous avait confirmé que la chanson française se découvre aussi entre les lignes. On avait beaucoup aimé Barré sorti l’an passé (voici une occasion de le rattraper d’ailleurs) donc on s’intéresse forcément à ce qui a précédé. L’album du jour est une compilation de morceaux plus anciens et réinterprétés à l’occasion d’une ’Casio Session’ pour le label La Souterraine. Comme son nom l’indique, on retrouve une esthétique ’casiotone’. En termes pratiques, quand j’entends des intros pareilles, je pense plutôt à des choses comme Les Brochettes ou Sttellla, question de génération (et d’origine Belge).

Le ton est évidemment moins humoristique que dans ces deux exemples, bien que le décalage soit de mise. Démos certes, bricolage si vous voulez, mais ce sont de ’vrais’ morceaux. Oui, ça peut être tristoune, surtout quand on se base sur Chopin (Dimanche). Et il y a de la musique, Une Vieille Vie se suffit à lui-même.

On a même droit à une amusante version de Qui Est In Qui Est Out, faite avec compétence et le pattern ’tango’ qui n’avait pas encore servi selon ses dires. Et on voit que le motto ’Tout Va Bien’ avait déjà un prédécesseur. Si vous connaissez et avez apprécié Barré, voici donc une plongée plus profonde dans la psyché de Garz. Découvrez donc l’album et puis revenez ici, le plaisir sera sans doute augmenté.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Françoiz Breut – Vif !

    Reconnaissable entre toutes, la voix de Françoiz Breut continue à nous faire voyager. Elle est tellement particulière et familière à la fois qu’elle peut s’accomoder de bien des contextes. On avait apprécié les atours plus synthétiques du Flux Flou de la Foule et cet album-ci se place dans cette lignée. Il faut dire que c’est la même équipe qui l’entoure, à savoir le claviériste Marc Mélia, le guitariste (...)

  • Nicolas Jules – La Reine Du Secourisme

    Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? Practice makes perfect, tel est le dicton dans une langue non pratiquée par Nicolas Jules. Mais force est de constater qu’il le met en application avec un rythme de publication quasi annuel qui voit son œuvre se polir et se distinguer. Il se situe pour cet aspect-là dans le sillage du regretté Murat.
    Une musique n’est pas parfaite quand il n’y a rien à ajouter mais quand il (...)

  • Beyries - Du Feu Dans Les Lilas

    Honnêtement, on l’a vu venir cet album. Inconsciemment, on l’a espéré aussi. Si Encounter avait vraiment plu, c’est le seul titre en français qui avait le plus marqué. On avait retenu le nom, et le temps a passé. Quand Du Temps a été lancé en éclaireur, l’échine s’est serrée immédiatement.
    On avait détecté sur l’album précédent une tendance à produire des morceaux soyeux mais occasionnellement lisses, c’est (...)

  • Bertier – Machine Ronde

    L’essoufflement est un phénomène bien connu en musique. Un des mécanismes pour le contourner est de s’entourer. Autour des deux membres fixes du projet (Pierre Dungen et Lara Herbinia), il y a toujours eu une effervescence créative, ce qui leur permet non seulement d’évoluer mais de présenter avec ce quatrième album une sorte de synthèse et leur opus le plus abouti et enthousiasmant.
    Chanson (...)