Accueil > Critiques > 2005

Super Furry Animals : Love Kraft

mercredi 23 août 2006, par marc


Il est des albums plus difficiles à critiquer que d’autres. Ca a été dit sur ce site même et présente l’effarante platitude du lieu commun. Mais a-t-on suggéré que certains sont véritablement difficiles à écouter ? Non que leur propos semble hermétique (parfois, si, voir Black Dice), mais au contraire, leur structure même semble être un défi permanent à l’attention. C’est dans cette (rare fort heureusement) catégorie que je rangerais le dernier album des Super Fury Animals. Des mois que cet album traîne chez moi, à la lisière de mes oreilles. Un titre, choisi au hasard, puis un autre, rien n’y fait. La parade a été trouvée en écoutant tout d’une traite en... faisant autre chose.

Alors bon, voilà, maintenant que l’écoute a décanté, que peut-on en retirer ? Peu de choses finalement. Sachez tout d’abord qu’il s’agit de pop psychédélique. Mais rangée des bagnoles au point d’en perdre toute subversion. Pour vous montrer que j’ai porté une oreille plus que distraite et cacher mon manque d’intérêt évident dans cette musique, je vais citer les groupes auxquels elle m’aura fait penser. Ca occupera le temps jusqu’à la signature finale et montrera que je connais plein des groupes, même que c’est vrai. Allons-y donc gaiement.

Une des références les plus proches se trouve être les Gallois cinglés (non, pas Goldie lookin’ chain) de Gorki zygotics mynci (The Horn). Mais en moins fou. Dans la série ’progressif pour les gentils’ , citons les Jethro Tull du début (Ohio heat), le Mercury Rev des mauvais jours (Walk you home), le Can privé de drogues (Lazer Beam), le Essex Green sous mixé. On se surprend souvent à revenir au morceau précédent, histoire de bien vérifier que c’est bien le même. a ben non, c’est vraiment un autre.
Parfois on se dandinerait presque (Oi Frango) et c’est presque agréable d’être presque surpris.

Bon, la critique prend une longueur inespérée. Une question qui me taraude est de savoir quelle musique je réécouterai plus tard une fois la critique écrite. Pas celle-là. Déjà. C’est un élément de réponse. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Super Fury Animals : Love Kraft 20 septembre 2006 10:54, par Paulo

    wouawww, tapez "super fury animals" dans google et mescritiques.be apparait en 3ème postion !!!!! ca c’est la reconnaissance internationale !!! et surtout parce que l’orthographe correct de ces animaux plus poilus que furieux est "super furry animals". Ou est-ce une astuce marketing ? ca c’est fort !

    repondre message

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)

  • Mesaverde - All Is Well

    Les découvertes génèrent des découvertes, surtout quand les artistes font partie de plusieurs projets. Il suffit de savoir tirer le fil. Un des moteurs de la réussite récente de Mildfire est sans doute son batteur Lars Fremmelid. Quand un groupe (norvégien également) se signale à nous et se réclame de la mouvance prog, notre curiosité est forcément piquée.
    Ce second album se situe dans le versant plus (...)

  • Piles - Una Volta

    Il y a des noms qui n’évoquent guère avant qu’on ne les croise dans des projets emballants à très courts intervalles. Ce projet à trois batteurs, Guigou Chevenier, Michel Deltruc et Anthony Laguerre se place en effet dans le sillage du Club Cactus dont on vous a parlé récemment. D’autant plus que le dernier nommé est membre des deux formations et de Filiamotsa. Mais à l’inverse des deux autres groupes, (...)

  • The Defigureheads - Chaos and Cosmos

    Si les noms de groupe issus de chansons célèbres sont légion (de dEUS à Radiohead en passant par Sisters of Mercy), je ne parierais pas que The Defigureheads fasse référence au légendaire album de The Cure. Parce que le genre pratiqué est un rock très teinté par les années ’70. Donc ce n’est l’originalité qui prime mais la compétence et la passion. Et sur ces deux fronts, le trio français répond à (...)

  • Björk - Biophilia

    J’aime, j’aime la vie
    Dans la musique de Björk, il a toujours été question de recherche : la quête d’un équilibre parfait entre sa soif d’explorations sonores et son profond enracinement pop. Comme les deux facettes d’une personnalité schizophrène, tantôt la chanteuse a-t-elle gardé les pieds sur terre, tantôt s’est-elle laissé dominer par ses délires visionnaires. Et si sa discographie, toujours (...)