Accueil > Critiques > 2023

The Ultimate Dreamers - Echoing Reverie

mercredi 14 juin 2023, par marc


Le vintage années ’80 est un style qui se pratique depuis des dizaines d’années. S’il peut évidemment être pratiqué par des novices, on ne se lasse pas non plus de ceux qui ont vécu les évènements en direct. Outre les légendes Wire, il y en a d’autres qui ressurgissent du passé. Actif au milieu des années ’80, le quatuor belge est revenu aux affaires à la faveur du confinement qui les avait vus dépoussiérer d’anciennes démos. Ici, c’est du tout nouveau matériel qui est proposé par un line-up lui aussi rajeuni.

Le son est lui un savant mélange d’influences passées et de relectures un peu plus modernes. A un bout du spectre, ils proposent ainsi quelques sons de guitare abrasifs, comme ceux qui ont été poussés à l’extrême sur les premiers A Place To Bury Strangers(Polarized, Big Violent). Evidemment, le concept de crash-test pour pédale de distorsion est poussé moins loin que chez les New-Yorkais.

Mais ce n’est pas le seul curseur qu’ils agitent. On peut aussi bien rencontrer la belle ampleur de Piano Ghost ou la new-wave plus synthétique de Midnight ou encore le beat franc du collier de Big Violent. Le sautillant I Loved You ?! a même droit à son remix qui ajoute quelques claviers techno plus saignants. La reprise d’Hells Bells est plus anecdotique, parce que si le résultat ne laisse pas présager son origine, il n’a pas été composé avec ce traitement en vue.

Evidemment, il faut être amateur à la base mais si vous passez ici de temps en temps, j’imagine que ce n’est pas un obstacle. The Ultimate Dreamers utilise toutes les nuances de gris du style pour un album qui vise et atteint pas mal de cibles.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • The Ultimate Dreamers - Echoing Reverie 16 juin 2023 05:17, par Laurent

    Pardon d’avance si tu avais déjà évoqué ce groupe dans une des tes 3000 critiques, mais pour ma part j’ai le sentiment de n’en avoir jamais entendu parler. En tout cas on en prend plein les dents ! J’aime beaucoup le remix entre autres ; personnellement, je trouve que ces revivals eighties glaçants constituent une bonne alternative à la canicule.

    repondre message

  • Lescop - Rêve Parti

    Il y a des noms qui sont liés à une époque, qu’on oublie forcément un peu avant de les voir ressurgir de nulle part. Lescop fait partie de ceux-là, vous l’avez definé, petit.e.s futé.e.s que vous êtes. Les années ’80 sont une esthétique qui n’a plus déserté le paysage musical depuis plus de 20 ans. Mais si ce troisième album reste dans ce (micro)sillon, il le fait avec tant d’allant qu’on ne peut que céder. (...)

  • LSSNS - Transit

    I know it when I see It
    Cette phrase d’un juge de la cour suprême américaine quand on lui demandait ce qu’était la pornographie peut aussi s’appliquer à certains styles musicaux, aussi faciles à identifier que compliqués à décrire. Les années ’80, ce n’est pas qu’une lointaine décennie, c’est un parfum qu’on reconnait tout de suite chez ce trio finno-allemand.
    Et il convient bien à cette pop au synthé bien (...)

  • AstraSonic - Society

    Les influences, on peut les aborder frontalement ou par la bande. Dans le cas du second album du groupe belge, si les marqueurs post-punk ou cold sont bien là, ils sont déjà très processés. On vous a déjà parlé de groupes comme Ultra Sunn (et on vous reparlera de The Ultimate Dreamers) plus frontalement cold wave ou gothique, on est plutôt ici dans un pop-rock mélancolique qui lorgne du côté d’un (...)

  • MHUD - Post Parade

    Il arrive qu’on voie débouler un artiste sans rien savoir de lui. C’est un peu ce qui s’est passé avec ce premier album de Matthieu Hubrecht dont on sait toujours peu en fait. Sa musique aussi arrive un peu masquée. On pense d’abord avoir affaire à une chanson française aux sonorités années ’80 mais on remarque vite que c’est plus pointu que ça
    L’instant Fragile est dans cette veine eighties, avec une (...)

  • Billions of Comrades - Trotop

    Une certaine distance vis-à-vis des artistes qui sont critiqués ici rend incongrue la proximité géographique. 1480 est un morceau ici mais aussi un code postal. Y a-t-il une école wallonne de la turbulence ? Si on se réfère à La Jungle et ceci, ce n’est pas impossible. Est-ce une coïncidence s’ils font tous deux partie du catalogue Rockerill ? Nous ne le pensons pas.
    Mais cet album produit par Gil (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)

  • Peritelle - l’Ampleur des Dégâts

    Alors que les dossiers de presse font état d’un album qui n’existe que dans la tête de ceux qui le défendent, il est difficile de faire mieux que Un album de la presque-maturité où la mélancolie succède presque au second degré... Cela risque d’en faire pleurer plus d’un·e !
    Cette laconique présentation met le doigt sur ce qui fait la spécificité de Peritelle, ’presque’. Parce que c’est dans ces (...)