Accueil > Musique > 2005 > Supergrass : Road To Rouen

Supergrass : Road To Rouen

mercredi 23 août 2006, par Marc


Et si c’était là qu’ils avaient voulu aller ? C’est la question qu’on peut se poser légitimement à l’écoute du cinquième album de Supergrass.
Si le pop-rock carré avait atteint son apogée sur In it for the money, les deux albums suivants n’avaient pas laissé un souvenir impérissable, faute de compositions convaincantes pour appuyer le virage de la complexité.
Si cet album était en filigrane des deux précédents, le plaisir vient du caractère immédiat des compositions. Tout est-il si différent ? Non, pas vraiment, mais il faut accepter cet état de fait, c’est une des joies de la musique.

Le premier morceau (Tales of endurance part 4,5 & 6) qui doit sans doute évoquer la Sarthe où cet album a été enregistré) installe d’emblée l’ambiance. Elle sera sereine, mélodique et variée. Il y a un peu de tout, de l’intro à la guitare acoustique, des cordes et des cuivres, mais tout reste relativement discret et parcimonieux. Tout pour la musique quoi. De son côté, St Peterbourg constitue une grande réussite tant mélodique que d’arrangement qui l’appuient sans l’écraser (comme un bon kiné quoi).
Dans le même ordre d’idées, Sad girl a une mélodie aussi convaincante.
Les arrangements au violon sont légion. Ne pas sonner variété est un exploit pour Roxy, même si l’ampleur pourra rebuter les habitués à un rock plus âpre et dépouillé. Est-ce qu’il faudra ressortir le terme de pop progressive ? Ca se pourrait. Même si, parfois, on frise un peu le too much. Ou alors c’est moi qui ai une allergie aux choeurs (Low C) est un rien trop répétitif et ampoulé). Par contre, les récréations sont plutôt maîtrisées (Coffee in the pot).

S’il fallait chercher des influences, on songera aux seventies pour des morceaux enlevés (Kick in the teeth - Road to Rouen) ou plus calmes (Low C). Est-ce la voix echoïsée (marque de fabrique de Supergrass) qui évoque le Lennon en solo ?

Enfin un groupe qui ne rappelle pas les années ’80. Fini le jeu des sept erreurs et des citations vintage. C’est aussi ça qui oxygène la tête et qui me plait en ce moment.

L’album de la maturité. Ca sonne un peu péjoratif comme ça mais il fait rentrer Supergrass dans une autre dimension. A l’heure de la déferlante de premiers albums anglais, on retrouve ces presque anciens avec un plaisir non dissimulé. Un bon album en somme. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)

  • Jarv Is... - Beyond The Pale

    This is not a live album… It’s an alive album.
    Cette déclaration sibylline donne une petite idée de la genèse un peu inhabituelle du projet. La formation groupée autour de Jarvis Cocker a en effet peaufiné et enregistré ces morceaux dans des festivals et autres petites salles avant de retravailler le matériau qu’on entend sur ce premier album. C’était en tout cas la suggestion de Geoff Barrow de Porstishead et Beak> (suivez @jetfury sur Twitter, fun acide garanti). Ce mode opératoire peut être vu (...)