Accueil > Critiques > 2023

The Cry – The Cry

mercredi 21 juin 2023, par marc


On le répète souvent parce qu’on est chaque fois surpris de l’omniprésence de la musicienne française Christine Ott. Et sa productivité est aussi surprenante. Ainsi, six mois après le second album de Snowdrops et l’ayant croisé récemment en solo ou avec Theodore Wild Ride, la voici dans un nouveau projet. Ce n’est jamais pareil, seule l’exigence et la qualité sont constantes. Aussi ce mélange de tortueux et de lumineux qui semble la dialectique de toute son œuvre récente se retrouve ici aussi.

Elle sait aussi s’entourer. Ici ce sont Mathieu Gabry (claviers, effets) et Pierre-Loïc Le Bliguet (batterie, percussions) qui l’accompagnent sur ce premier album créé le 29 novembre 2022 et basé sur des improvisations. Improvisé ne veut pas dire bordélique ou décousu, c’est un contexte plus qu’un gage de résultat.

Et c’est d’emblée envoûtant. Le premier très long morceau présente tout ce qu’ils peuvent et veulent faire. De la douceur groove, des plages presque drone, de la lumière et de l’exultation, il y a tout ça sur Fire Of Love, dont le nom est inspiré du rfilm documentaire du même nom hommage à la vie des volcanologues Katia et Maurice Krafft. Il y a de la place, il fait 21 minutes aussi, même si le découpage en morceaux est fondamentalement arbitraire en l’espèce.

Cet album est à la lisière d’un certain rock progressif, plus du côté d’Ummagumma que de Yes donc (et c’est parfait pour nous). Mais c’est mâtiné de kraut pour la pulsation et l’emploi de l’électronique, tout en reposant sur une liberté des instruments tout droit héritée du jazz. La présence d’une batterie est d’ailleurs vraiment appréciable.

In My Mind est plus centré sur le piano. Chorus Alpha est lui plus délié et filandreux. Avec des Ondes Marthenot évidemment, Christine Ott est là aussi pour ça. Mais pas que, une de ses envies est de se frotter au synthétiseur Korg MS20, ce qui confère des textures électroniques.

Instrumentale et contemporaine, la musique de The Cry est un nouvel exemple de la versatilité et de la créativité de Christine Ott et ses comparses. Léger et lumineux parfois, plus sombre par moments, gracieux toujours, cet album est une respiration surtout.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)

  • Odyssée - Arid Fields

    La nature est un décor, certes, mais pour beaucoup de musiciens, c’est un contexte, voire une inspiration. On se souvient par exemple des expériences Echolocation d’Andrew Bird ou des prestations au grand air de Kwoon, la liste étant loin d’être exhaustive. Odyssée est Edouard Lebrun et, installé dans un chalet des Alpes depuis 2020, il a développé un système de synthétiseur auto-alimenté qui lui (...)

  • Charlotte Greve - Sediments We Move

    La technique ne vaut que par ce qu’on en fait. Ce lieu commun prend tout son sens avec l’Allemande installée à New-York Charlotte Greve. Sa formation jazz est évidemment immédiatement identifiable mais la matière proposée ici en dévie sensiblement, ou plus précisément la pervertit avec une mine gourmande.
    Il faut dire que la matière première de cet album, ce sont les voix du chœur berlinois Cantus (...)

  • Ola Kvernberg - Steamdome II : The Hypogean

    S’il est plaisant de découvrir un artistes à ses débuts, de tracer son évolution, il peut aussi se révéler valorisant de le prendre en cours de route, avec une belle progression. On ne décèle pas tout de suite le potentiel de la chose mais il apparait bien vite que le potentiel du compositeur norvégien est indéniable.
    Arpy commence de façon un peu douce, mélodique, simple. Mais imperceptiblement, (...)

  • Rouge - Derrière Les Paupières

    On a été en contact avec plusieurs albums piano solo récemment, ceci est purement fortuit, et complètement indépendant du concours Reine Elisabeth. Ce qui étonne en fait, c’est la grande variété des moyens et des résultats. Avec ce trio articulé autour de la pianiste Madeleine Cazenave flanquée de la basse de Sylvain Didou et de la batterie de Boris Louvet, on se rappelle que le piano est un instrument à (...)

  • Angrusori - Live at Tou

    Quelle est la chance d’un cocktail dont vous n’êtes pas fans des ingrédients vous plaise ? Elle n’est pas énorme peut-être mais elle n’est pas mince non plus, et c’est dans cet interstice que s’est glissé cet album d’Angrusori. Il se propose en effet de partir d’un corpus de musique traditionnelle rom slovaque revu par le filtre d’un ensemble contemporain norvégien.
    Si cette association semble étrange (...)