Accueil > Critiques > 2023

Zaho de Sagazan - La Symphonie des Eclairs

lundi 28 août 2023, par marc


Il est important de bien choisir son patronyme quand on est un artiste. Zaho de Sagazan mêle donc savamment une particule, un prénom court et rare et un étrange mélange de tradition et d’inventivité qui colle bien au contenu. Sauf que c’est son vrai nom, pas un artefact et en tant que tel, ça semble presque trop beau pour être vrai.

Cet album qui avait été précédé d’une belle curiosité le serait-il aussi, trop beau pour être vrai ? Sa fréquentation répétée nous indique que non, que l’espoir tient le choc des écoutes répétées et ne le doit qu’à ses qualités.

Au niveau des thèmes, l’amour et ses questionnements et les garçons sont sa préoccupation principale. A un tel point que cette insistance semble un brin étrange (Les Garçons, Mon Inconnu). On n’imagine pas Benjamin Biolay obligé de préciser que les filles, c’est son truc à lui. Mais c’est quand elle attaque frontalement son lien avec la tristesse qu’elle est la plus percutante. Elle aborde le sujet avec une telle verve, voire une telle rage qu’on sait qu’on tient un morceau qui va durer. On retrouve cette intensité musicale en d’autres moment comme Mélancolie ou Langage.

C’est aussi celui qui a la forme la plus frontalement moderne. Cet album trouve son équilibre entre incursions electro qu’on avait déjà appréciées chez Jeanne Added (dont elle a assuré des premières parties) à l’époque et une tradition plus ancienne. Il en ressort soit une percussion (Aspiration) soit des choses plus classiques. Qui nous valent d’excellents moments comme La Symphonie des Eclairs. On retrouve tout l’allant de Pierre Lapointe avant qu’il revienne à une forme plus vieillotte, ainsi qu’une belle fluidité qui émane de Dis-Moi que Tu M’aimes ou Les Dormantes.

Comme Jeanne Added, elle arrive à conférer une teinte eighties sans jamais virer du côté Jeanne Mas de la force (comme Fishbach ou La Féline) et il en faut du doigté pour maintenir un potentiel d’émotion. Il faut dire que sa voix aide à la susciter. Elle n’est pas si affectée que ça d’ailleurs. En interview c’est frappant comme elle est naturellement grave, surtout pour une jeune femme de 23 ans

On a déjà connu des hybridations de chanson française traditionnelle avec du hip-hop (Eddy de Pretto) ou de la musique de feu rouge (Stromae) mais rarement avec autant de symbiose. On ne voit pas émerger des personnalités pareilles tous les mardis, il faut donc d’ores et déjà suivre tant le fond et la forme s’enchevêtrent avec excellence.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Zaho de Sagazan - La Symphonie des Eclairs 29 août 2023 06:34, par Laurent

    Comme on est mardi, j’en profite pour confirmer que je n’ai définitivement rien entendu de meilleur en chanson française cette année. L’album tient effectivement la distance avec un panache rare, et ça me rend assez craintif pour la suite car je ne vois pas trop comment elle pourrait surpasser ce premier effort.

    repondre message

    • Zaho de Sagazan - La Symphonie des Eclairs 30 août 2023 16:42, par marc

      Il faut que cet album décante un peu pour bien percoler. Les singles étaient un peu trompeurs sur le reste du contenu mais tout reste remarquablement cohérent.

      Sans doute qu’au niveau des thèmes il y a encore une petite marge de progression, et puis comme ça tire dans pas mal de directions, on est curieux de voir ce qui sera privilégié dans le futur. On reste à l’écoute évidemment.

      repondre message

  • Beyries - Du Feu Dans Les Lilas

    Honnêtement, on l’a vu venir cet album. Inconsciemment, on l’a espéré aussi. Si Encounter avait vraiment plu, c’est le seul titre en français qui avait le plus marqué. On avait retenu le nom, et le temps a passé. Quand Du Temps a été lancé en éclaireur, l’échine s’est serrée immédiatement.
    On avait détecté sur l’album précédent une tendance à produire des morceaux soyeux mais occasionnellement lisses, c’est (...)

  • Bertier – Machine Ronde

    L’essoufflement est un phénomène bien connu en musique. Un des mécanismes pour le contourner est de s’entourer. Autour des deux membres fixes du projet (Pierre Dungen et Lara Herbinia), il y a toujours eu une effervescence créative, ce qui leur permet non seulement d’évoluer mais de présenter avec ce quatrième album une sorte de synthèse et leur opus le plus abouti et enthousiasmant.
    Chanson (...)

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Kloé Lang - Ce Que La Nuit (EP)

    On ne connaissait de Kloe Lang que des reprises de Barbara et Janis Joplin qui étaient à la base d’un spectacle. Et on avait eu envie de savoir ce qu’elle avait dans le ventre en tant qu’autrice. Cet EP propose Aimez-Moi présent sur l’album précédent et ce morceau plus déstructuré n’est pas typique de ce qu’on entend ici.
    Première chose à signaler, on ne retrouve ici aucune ressemblance littérale avec (...)