Accueil > Critiques > 2023

Mick Harvey and Amanda Acevedo - Phantasmagoria In Blue

mardi 12 septembre 2023, par marc


Quitte à paraître un tantinet pédagogique, un petit rappel des faits n’est pas superflu. Membre des Bad Seeds, auteur de quelques musiques de film vraiment envoûtantes auprès de Nick Cave, Blixa Bargeld et Anita Lane, Mick Harvey s’était aussi distingué par des reprises haut-de-gamme et anglophiles de Serge Gainsbourg. Ajoutons quelques albums solo de très bon aloi et vous comprendrez pourquoi on a décidé de passer outre l’hideuse pochette et retrouver le talentueux Australien.

On avoue qu’on ne connaissait pas Amanda Acevedo et en creusant un peu, c’est relativement logique puisqu’elle est surtout réalisatrice. C’est lors du passage d’une tournée de PJ Harvey au Mexique (il est aussi musicien de son homonyme du Dorset) que la rencontre s’est faite et a débouché sur une envie de faire de la musique ensemble. Sa voix à elle est plutôt jolie mais pas vraiment au niveau de ce qu’on a l’habitude de rencontrer ici. Surtout si on se rappelle le charisme incroyable d’Anita Lane qui transcende beaucoup de ses œuvres passées. Parfois même, on sent qu’elle freine les élans d’un morceau comme She Won’t.

Au niveau des morceaux, c’est un savant mélange de reprises de duos qui vont chercher aussi bien du côté de l’Eté Indien (oui oui) que de Sibylle Baier ou This Mortal Coil (preuve de goût et d’érudition) en passant par une scie de Pat Benatar que de compositions originales. Vu les forces en présence, c’est toujours beau, plein de cordes qui ne sont jamais sirupeuses et certains morceaux comme The One and Only (Phantsmagory) présentent un potentiel certain.

On a pour Mick Harvey la sympathie qu’on a pour un ancien compagnon de route. Mais ça ne suffit pas à transformer cet exercice anecdotique en ce qu’il n’est pas. Impeccablement arrangé et exécuté avec une certaine sobriété, il reste loin des hauts faits du bonhomme par un charisme vocal pas toujours impressionnant.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • Maxwell Farrington & Le Superhomard - Please, Wait...

    On ne peut pas dire que la paire formée par Maxwell Farrington et Le Superhomard (le producteur français Christophe Vaillant) se repose sur les lauriers d’un premier album remarqué. Après un EP il y a deux ans et une tournée intense, voici déjà le second album en peu de temps sur le toujours excellent label Talitres.
    Australien établi à Blinic en Bretagne, Maxwell Farrington propose sa belle voix de (...)

  • Heeka - The Haunted Lemon

    Il faut se méfier des avis trop rapides, des débuts d’albums trompeurs. Ce sur les morceaux initiaux du premier album de l’artiste flamande (née Hanne Hanegraef) installée dans le sud de la France doivent beaucoup aux voix, dédoublées. Quelque part entre Camille et Agnes Obel, ces morceaux intrigants et séduisants à la fois ne représentent cependant qu’une facette d’Heeka.
    Une fois mis en confiance, (...)