Accueil > Critiques > 2023

Isbells - Basegemiti

vendredi 6 octobre 2023, par marc


Isbells avait toujours été associé avec une formation comme Marble Sounds. Les deux groupes ont partagé certains membres et étaient sociétaires du même et attachant label Zeal Records et pratiquaient des genres musicaux similaires. Si Marble Sounds a continué sur la même voie jusqu’au dernier album en date, Isbells semble prendre la tangente. Ils ont donc changé de label, de management et même de style.

C’est ce qui frappe d’emblée, avec quelques chansons sorties en single qui dévient sensiblement de leur pré carré. Modern Times est une vraie pop song qui a troqué l’intimité pour des synthés et un solo de guitare mais le côté clinquant ne débouche pas sur quelque chose de bombastique. On retrouve ces claviers sur Apoplexy. On a suffisamment assuré par ailleurs notre amour de la synthpop pour ne pas être suspects de synthéphobie. Par contre, l’autotune dans ce genre de contexte, c’est non. La précieuse Chantal Acda est pourtant toujours de la partie mais sa patte est bien moins manifeste. Aller vers une musique plus directe est une option qui se défend mais qui ne débouche pas ici sur des morceaux qui marquent (ou alors pas positivement dans les deux exemples cités).

Autre point d’achoppement, le contenu lui-même. Le nom de l’album est tout un poème à lui tout seul, étant un acronyme des intentions de l’album en mode ’poster de motivation’ (la liste est ici). Le genre de choses qu’il doit être crispant de lire au mur d’un local de répétition. Ces bonnes intentions se retrouvent souvent dans des paroles qui balisent des chemins consensuels. How Do You Know montre sa confusion vis-à-vis de cette époque post-vérité mais sans formule qui pourrait frapper. De même l’intimité de Matchday tombe à plat. Placer la voix plus en avant et plus claire peut avoir ce genre de désavantage.

On préfère évidemment la simplicité de la balade au piano What You Give is What You Get ou la simplicité d’A Little Bit Longer ou encore la montée dense de Day Five and Twelve. On s’accrochera à ces branches-là pendant la chute. Parce que cet album bien exécuté est une petite déception, vous l’aurez compris. Chaque artiste a le droit de se réinventer. Chaque auditeur a le droit de juger le résultat hasardeux.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Asia – Le Temps d’Aller Mieux (EP)

    A l’époque d’un premier album aux teintes folk en anglais qui nous avait beaucoup plu, quelques morceaux sortis discrètement (ou pas officiellement) avaient ouvert la voie vers la langue maternelle de la jeune Bruxelloise. On en avait brièvement parléd’ailleurs, manifestant une curiosité certaine. Le résultat est maintenant là, et on peut déjà dire qu’il plait aussi.
    Comme souvent, le changement de (...)

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)