Accueil > Critiques > 2023

Simplement Sheller

mercredi 8 novembre 2023, par marc


En haut de la liste des critiques fastidieuses, il y a les compilations d’hommages. Disparates dans leurs intervenants et hétérogènes dans les résultats, ils sont aussi sympathiques à picorer que compliqué à résumer. Sur le papier pourtant, il y a beaucoup de raisons de se coltiner celui-ci. Come des participants chers à nos cœurs et un répertoire pas trop usé qui a ses perles qui ont souvent eu le malheur de prendre les années ‘80 en pleine poire.

A la lecture des participants, Calogero semblait un étrange. C’est à lui qu’échoit le morceau le plus emblématique et c’est une aussi mauvaise idée que ça n’en a l’air. A l’opposé, des valeurs sûres pour nous arrivent vraiment à emmener les morceaux dans leur univers à eux, à tel point qu’on pourrait rencontrer ces morceaux sur les albums de Jeanne Cherhal (Basket Ball), Vincent Delerm (Les Filles De L’Aurore), Albin de la Simone (Oh J’Cours Tout Seul) ou Florent Marchet (Nicolas). Ils sont tous pianistes et ont visiblement une haute estime de ce qu’ils reprennent.

Ces artistes ont souvent revendiqué l’influence de Véronique Sanson qui se présente ici comme marraine et elle tient son rang même si elle reste proche de l’original de Fier et Fou de Vous. Ceux qui ne sont pas pianistes reçoivent logiquement du renfort. Eddy de Pretto et Sofiane Pamart s’en sortent mieux que bien et ils ont d’autant de mérite qu’ils s’attaquent au grotesque Rock’n’dollars.

Quand Zaho de Sagazan s’attaque à Vienne, le résultat sonne comme un morceau de Barbara qu’on ne connaitrait pas. Et c’est exactement ça en fait, il s’agit vraiment d’un morceau de Barbara que Sheller avait repris. C’est évidemment bien moins moderne que ce qu’on entend sur son excellent album. Dans ceux qui n’ont pas encore été présents en nos colonnes, on a remarqué Alex Beaupain (Un Endroit Pour Vivre).

Beaucoup se lancent dans du piano-voix bien évidemment, il n’y a pas de tentative sacrilège, tant mieux ou tant pis. C’est la première option en ce qui nous concerne. C’est carrément du piano tout seul pour Yvan Cassar qu’on a connu moins sobre (musicalement hein, on ne le connait pas si bien que ça...). La discographie de William Sheller constitue donc un excellent matériau, une excellente base pour cet hommage de style qui se révèle un plaisir à picorer.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Simplement Sheller 17 novembre 2023 13:53, par Laurent

    Où se confirme donc qu’on pense tip top la même chose de cet album de reprises réussi...

    Alex Beaupain vaut vraiment le déplacement sur ses albums, mais ses prestations sur le présent "Simplement Sheller" ainsi que le CD de reprises de Daniel Darc ne lui rendent pas forcément justice. Je n’ai pas bien compris dans ton propos si c’est pour toi une découverte, mais si d’aventure c’est le cas, le fan d’Albin de la Simone et de Joseph d’Anvers sera forcément conquis par "Pas plus le Jour Que la Nuit" ou "Pourquoi Battait Mon Cœur".

    repondre message

    • Simplement Sheller 18 novembre 2023 15:23, par marc

      Je croise souvent le nom d’Alex Beaupain sans jamais aller plus loin, merci pour les suggestions, j’avais besoin de ce gerne de suggestion.

      repondre message

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Kloé Lang - Ce Que La Nuit (EP)

    On ne connaissait de Kloe Lang que des reprises de Barbara et Janis Joplin qui étaient à la base d’un spectacle. Et on avait eu envie de savoir ce qu’elle avait dans le ventre en tant qu’autrice. Cet EP propose Aimez-Moi présent sur l’album précédent et ce morceau plus déstructuré n’est pas typique de ce qu’on entend ici.
    Première chose à signaler, on ne retrouve ici aucune ressemblance littérale avec (...)

  • Centredumonde - Ubac (EP)

    La critique est aussi une lutte perdue d’avance contre la marche du temps, maintenant qu’il est des nôtres, Centredumonde le sait aussi. Il avait déjà évoqué en parlant du moins marquant dernier Daho de cette anecdote d’un cactus écrasant celui qui lui a tiré dessus. Sur ce nouvel EP, il imagine un parcours à ce personnage. On retrouve donc ici quelques losers qui ne se donnent même pas la peine d’être (...)

  • Lescop - Rêve Parti

    Il y a des noms qui sont liés à une époque, qu’on oublie forcément un peu avant de les voir ressurgir de nulle part. Lescop fait partie de ceux-là, vous l’avez definé, petit.e.s futé.e.s que vous êtes. Les années ’80 sont une esthétique qui n’a plus déserté le paysage musical depuis plus de 20 ans. Mais si ce troisième album reste dans ce (micro)sillon, il le fait avec tant d’allant qu’on ne peut que céder. (...)