Accueil > Critiques > 2023

Beirut – Hadsel

jeudi 30 novembre 2023, par marc


Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.

En première écoute, ce Hadsel est plutôt en demi-teinte, c’est une constante depuis un petit temps, et cette fausse discrétion leur va bien au teint, et permet à la voix de Zach Condon de prendre plus de place. On ne dira jamais assez la place centrale qu’elle a, le cachet qu’elle dégage. Elle a pourtant failli lui échapper et cette quête pour la reconquérir tout en surmontant le fiasco d’une tournée manquée (pour cause de covid) l’a amené un peu par hasard sur l’île de Hadsel au large de la Norvège
Inspiré par un vieil orgue à pompe et tout le matériel analogique qu’il avait amené dans ses valises, il s’est mis seul à l’écriture de ce sixième album. Non, il n’y a pas de cuivres partout. Ou plutôt, ils ne tiennent plus les premiers rôles mais viennent tout de même appuyer Baion. On retrouve par contre beaucoup cet orgue, qui peut aussi se faire bien brouillardeux sur Melbu.

Peu de morceaux se dégagent comme singles imparables, c’est un album à l’ambiance cohérente et à la qualité constante auquel on a affaire ici. Pas de gras, pas de mélodie faiblarde, pas de pas hors du mood, tout est en place. On se rend compte aussi que ça peut être vu comme une limitation, cette absence de tête de gondole et cette relative uniformité. Mais en tant qu’amateur d’album en général (une position clairement à contre-courant, ou qui montre notre âge), ce n’est pas un obstacle.

Un album de Beirut ne peut pas être terne, ce côté un peu délavé est au cœur même de leur style, de leur flamboyance rentrée. Si ce groupe ne suscite plus des commentaires, il n’en reste pas moins une valeur sûre, ce celles qui évoluent suffisamment pour garder leur pertinence mais suffisamment peu pour qu’on retrouve leur style avec autant de plaisir malgré les années.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Beirut – Hadsel 2 décembre 2023 07:33, par Laurent

    Oui, c’est un album très solide sans être le moins du monde démonstratif. Symptôme évident : j’ai attendu trois bonnes semaines avant de déballer le CD que j’avais achetés, débordé par l’actualité musicale et sans engouement particulier pour un nouveau Beirut. Et puis dès la deuxième ou troisième écoute, tout se met en place : les mélodies tiennent vachement la route, la voix berce toujours, tout est bon... no filler comme ils disent. Un très bel album qui commet seulement l’erreur d’être un très bel album de plus dans une discographie déjà très (trop ?) impressionnante.

    repondre message

    • Beirut – Hadsel 4 décembre 2023 07:45, par marc

      Pareil, je ne me suis pas précipité sur cet album mais j’y suis revenu souvent. Le style évolue par petites touches mais tout fonctionne.

      repondre message

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)