Accueil > Critiques > 2023

Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine Ott

mercredi 13 décembre 2023, par marc


Carmen Sea – Sorry (EP)

Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. Tendue aussi, avec quelques solides poussées dès Speed.

La plage titulaire détonne avec la présence d’une voix . Mais ils ne se départissent pas de leur puissance pour autant. Et même si on note un violon bien présent, ils laissent de la place pour des sons plus anxiogènes et distordus. Et ils terminent cet EP dans les canons d’un rock instrumental inspiré, poussant même sur le plus long Feel Alive du côté du post-rock. Mais vous savez qu’on est toujours friand du genre de temps à autres et cet EP nous a bien réjouis.

Chris Garneau – Out of Love (EP)

Ce site peut aussi servir de journal tant on y a consigné de souvenirs musicaux en 20 ans. On se souvenait donc avoir vu Chris Garneau il y a fort longtemps et malgré une compatibilité certaine avec des pans entiers de nos goûts, on n’y était jamais revenus. Une occasion nous est offerte et donc on la saisit.

Evidemment, avec le recul, on pense à des artistes arrivés après lui comme Perfume Genius, surtout dans les moments plus délicats. On reste dans de l’americana sensible donc, le genre qu’on écouterait des heures. Surtout que l’intensité est là sur First Man, on encore dans le bel apport de chœurs sur Millions. Crook est une très belle ballade, livrée en deux versions dont un radio edit (en admettant qu’une radio passe un morceau de 7 minutes et demie). Bref, que de bonnes choses écrites avec son boyfriend Marc Briz. On ne laissera plus passer 15 ans avant de le retrouver donc.

Christine Ott – Eclats (Piano Works)

Ce n’est pas parce que Christine Ott a une large reconnaissance en tant que spécialiste des Ondes Martenot, auprès d’artistes comme Tindersticks, Radiohead ou Yann Tiersen, qu’elle ne peut pas briller ailleurs. On connaissait aussi ses projets comme Theodore Wild Ride ou The Cry, elle revient en tant qu’artiste solo pour un album de piano pour le moins brillant.

Ce qu’on entend sur cet Eclats dépasse largement le cadre d’une musique pour playlist de dimanche après-midi, il y a trop d’intensité pour cela. Golden Valley par exemple peut véritablement nous emporter dans son tourbillon. Die Jagd Nach dem Glück est aussi un des seuls morceaux qu’on puisse isoler de cet album uniformément passionnant qui est une preuve supplémentaire de l’éclectisme et de l’excellence de Christine Ott.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Midas Fall - Cold Waves Divide Us

    Il ne nous est jamais arrivé de penser qu’une voix manquait à des morceaux. Même quand Albin de la Simone a jeté sur un album instrumental ce qui est devenu plus tard de ’vraies’ chansons, l’élément vocal ne semblait pas indispensable. Dans le cas de Midas Fall par contre, le chant a toujours semblé de trop, redondant par rapport à la majesté du post-rock qui l’entoure. On aborde donc cet album en (...)

  • Explosions in the Sky - End

    Même si tous les styles et mélanges potentiels coexistent actuellement, force est de constater que certains ont perdu de leur vigueur. Très présent en nos colonnes il y a plusieurs années, le post-rock s’est fait plus rare. Et pas à cause d’un revirement de nos goûts, c’est l’offre qui s’amenuise. L’effet positif sans doute, c’est que les sorties ont plus de chances de se singulariser. Comme par exemple (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Edouard Ferlet - PIANOïD²

    L’EP sorti l’an passé nous avait déjà signalé le talent et la singularité d’Édouard Ferlet. On rappelle donc la singularité de son procédé. Il utilise deux pianos dont un mécanique piloté par une machine semble dialoguer avec celui qu’il manipule en direct. Ce pilotage crée un dialogue, indéniablement, mais s’il permet de se laisser surprendre, il faut tout de même une sacrée maitrise.
    Pas de souci à avoir, (...)

  • Ô Lake – Still

    On avait déjà croisé le chemin d’Ô Lake à l’occasion d’une très réussie musique de film. On ne sera pas décontenancés donc par cet album du projet de Sylvain Texier qui utilise la même base avec le même style qui se voit décliné de plusieurs façons.
    Evidemment, il y a du clavier et des cordes, pour un mélange ample et mélodique mais quand il y a un peu de batterie synthétique, elle ne dénature jamais le (...)

  • Denis Frajerman - Tiphaine

    Parfait pour écouter dans votre bain !
    C’est ainsi que la présentation de cet album de Denis Frajerman se conclut. Tout d’abord, faute d’avoir une baignoire sous la main pour vérifier le propos, il convient de réétalonner la perception qu’on peut avoir d’un artiste. A l’aune de ce qu’on a pu entendre de la part du violoniste du côté de Palo Alto ou des imposantes Variations Volodine regroupées l’année (...)

  • Snowdrops - Missing Island

    On peut très bien se promener en forêt en automne et ne jamais voir de champignon mais si on en voit un, on en verra plein. On s’est ainsi promenés dans la musique sans vraiment entendre parler de Christine Ott mais une fois qu’on a découvert le premier album de Snowdrops (le très beau Volutes), on l’a aperçue partout. On a appris qu’on l’avait entendu chez Yann Tiersen, Oiseaux-Tempête ou les (...)