Accueil > Critiques > 2023

HEALTH - RAT WARS

lundi 18 décembre 2023, par marc


Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.

Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent logiques tant tous ces artistes ont pris un malin plaisir à dévoyer la musique industrielle. Si on ne retrouve ici ni les inclinations ’classic rock’ induites par la voix de Trent Reznor ni le malaise occasionnellement éprouvant de Jamie Stewart, ils arrivent à imposer une patte éminemment personnelle.

Le chant reste très éthéré par rapport à la dureté des sons de guitare. Non, ce ne sont pas les plaisirs plus languides de la dream-pop (même si le plus doux DON’T TRY s’en approche), le tout est plus percutant. Et puis il y a cette composante électronique qui envoie DEMIGODS dans une autre dimension. Il faut évidemment accepter la convention de la bourrinade qui veut qu’un goût de trop est préférable à un goût de trop peu. Donc il faut que ça envoie. Mission accomplie sur HATEFUL ou DSM-V.

En concert, c’était la batterie qui impressionnait, de même que la compacité et la vitesse. Leurs plus manifestes réussites du passé (We Are Water, ce genre...) jouaient sur une hystérie communicative, pas sur un riff gras. Or les sons se font plus métalliques ici, et si la conjonction d’un chant plus aérien propose un unique contrepoint, on a été plus impressionnés dans un passé récent, par les blastbeats furieux de Trounce par exemple. Et quand le chant de Godflesh invirté sur CHILDREN OF SORROW est plus guttural, ils perdent leur originalité pour un metal plus classique, genre qu’on goûte moins.

Bref, si la puissance et le pouvoir de fascination sont toujours un peu là, ils compensent par des sons plus rudes l’énergie folle qui s’en dégageait plus naturellement auparavant. Mais qu’on ne s’y trompe pas, ça reste un groupe à la personnalité indéniable.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)

  • Animal Collective – Isn’t It Now ?

    A une époque où la modernité n’est plus une vertu cardinale, il peut être étonnant de retrouver cette conjonction de talents (Avey Tare, Panda Bear, Deakin et Geologist) aussi en forme après près d’un quart de siècle d’existence. Avec Time Skiffs, on pouvait clairement parler d’une nouvelle période pour le groupe, un revirement vers plus de musique ‘figurative’ par opposition aux brillants collages (...)

  • Caleb Nichols - Let’s Look Back

    L’artiste qui aura fait le plus parler de lui en 16 mois est un prix qui ne rapporte rien sinon des critiques multiples et sans doute un peu de confusion de la part d’un lectorat débordé. Bref, après avoir pris congé de Soft People, l’actif Caleb nous a donné un album un opéra rock Beatles queer puis deux EP qui mélangeaient chansons et poèmes autour du personnage semi-autobiographique de Chantal. Sa (...)

  • Sufjan Stevens – Javelin

    Chez Sufjan Stevens, il y a les choses qu’on admire et celles qu’on adore et ce ne sont pas nécessairement les mêmes. Et si chez les fans de la première heure le meilleur était au début, c’est sans doute son fantastique Carrie and Lowell qui a été le plus acclamé et est considéré comme la ‘base’ de son style. Parce que Sufjan, c’est bien plus large que ça, entre albums hénaurmes et risqués, ambient pas (...)