Accueil > Critiques > 2024

Tinlicker – Cold Enough For snow

lundi 19 février 2024, par marc


Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez cohérent.

Comme il s’agit d’un album de producteurs, ils font logiquement appel à des voix invitées. Comme c’est parfois le cas, les morceaux sans renfort vocal peuvent être plus percutants. C’est le cas ici avec Revolution. Les voix sont donc souvent un élément d’adoucissement. Notons que celle de Julia Church est un peu lisse pour nos goûts alors que le timbre de Brian Molko se distingue toujours.

L’EDM n’a jamais été notre style préféré mais il faut convenir que Nothing To Lose reste du bon côté de la barrière, grâce à des sons qui gardent une certaine sobriété. On ne va donc pas bouder son plaisir, tout comme sur la dance plus enlevée de Who I’m Not (avec Cloves). Au rayon des plaisirs même pas coupables, Crossroads et In Your Eyes ont leur son petit air de Moderat (qu’ils ont déjà remixé) et c’est fort plaisant.

A l’inverse, This Live avec Tom Smith d’Editors est quand même du côté Coldplay de la force et Les drops de Who I’m Not semblent un peu trop téléphonés. De l’autre côté de la ligne il y a aussi Strawberry, son saxophone et ses cordes un peu trop sucrées. L’album évolue vers de le dancefloor, devenant plus ‘dur’ et plus intéressant aussi. On reconnait la patte de DJ’s, rompus à l’exercice pratiqué à Tomorrowland notamment. Et on a une descente aussi, ils se chargent de tout. Mais à jeun, au casque, tout seul et en pleine journée, ce ne sont certainement pas les meilleures conditions d’écoute pour Pretender.

Oscillant entre brillant et bourrin, délicat et trop délicat, cet album est forcément contrasté pour nous. Mais si on y est revenus, c’est qu’il y a assez de raisons de s’enflammer (sur un dancefloor virtuel) et que l’énergie est une force (ce que tous les physiciens sérieux contesteront).

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Franck Marchal - Maelström Metronomy

    Si les références historiques de la musique synthétique de Franck Marchal sont à aller chercher du côté de John Carpenter, on signale aussi les relectures modernes et enthousiasmantes de Magnetic Rust ou Odyssée.
    Les cordes ne sont pas l’ingrédient privilégie ici, mais le résultat n’est pas sans rappeler des choses comme Ô Lake. Son expérience en tant qu’auteur de musique de film n’est sans doute pas (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)