Accueil > Critiques > 2024

Bertille – Distance

lundi 22 janvier 2024, par marc


La chanson française est toujours plus riche qu’on ne le pense. 2023 nous avait fait rencontrer des chanteuses comme Auren ou Buridane, 2024 vient déjà avec Bertille et on peut dire que ce genre de découverte est un des plaisirs invariables de ce site.

Elle se place d’ailleurs dans le sillage des précitées par sa faculté à mêler langue française et façon pop. Après les belles cordes de l’introduction, on se trouve face à beaucoup de raisons de s’enthousiasmer comme le joli Dans Tes Yeux. Son style fonctionne à plein sur la mélancolie ample et synthétique de Retienne ou quand La Fuite prend son envol. C’est ce morceau qui nous avait donné envie d’en savoir plus. Les séquences plus électroniques sont souvent les plus réussies ici comme sur Azur à l’Ombre.

On pourra mégoter sur quelques détails moins en ligne avec l’étroitesse de nos vues. Si on goûte un peu moins l’autotune sur Boussole, ce petit parti-pris montre que tellement de voies sont possibles et que pour que ça clique vraiment il faut un alignement des planètes rare sauf à avoir une largeur dans les goûts supérieure à la nôtre (ce qu’on vous souhaite après tout). Fort heureusement, cette heureuse conjonction se retrouve dans la majorité de ce qu’on entend sur ce Distance. D’ailleurs, on se rend compte que les distances, entre sa belle voix et les morceaux est bien calibrée.

La reprise de Brassens est digne et un peu aventureuse mais montre que ces morceaux sont difficilement transposables hors de l’univers très particulier de leur auteur. Il y a plusieurs pistes tracées par ce premier album. Si logiquement on a plus d’affinités avec certaines, l’amplitude de Bertille est une des premières découvertes de 2024.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Kloé Lang - Ce Que La Nuit (EP)

    On ne connaissait de Kloe Lang que des reprises de Barbara et Janis Joplin qui étaient à la base d’un spectacle. Et on avait eu envie de savoir ce qu’elle avait dans le ventre en tant qu’autrice. Cet EP propose Aimez-Moi présent sur l’album précédent et ce morceau plus déstructuré n’est pas typique de ce qu’on entend ici.
    Première chose à signaler, on ne retrouve ici aucune ressemblance littérale avec (...)

  • Centredumonde - Ubac (EP)

    La critique est aussi une lutte perdue d’avance contre la marche du temps, maintenant qu’il est des nôtres, Centredumonde le sait aussi. Il avait déjà évoqué en parlant du moins marquant dernier Daho de cette anecdote d’un cactus écrasant celui qui lui a tiré dessus. Sur ce nouvel EP, il imagine un parcours à ce personnage. On retrouve donc ici quelques losers qui ne se donnent même pas la peine d’être (...)

  • Lescop - Rêve Parti

    Il y a des noms qui sont liés à une époque, qu’on oublie forcément un peu avant de les voir ressurgir de nulle part. Lescop fait partie de ceux-là, vous l’avez definé, petit.e.s futé.e.s que vous êtes. Les années ’80 sont une esthétique qui n’a plus déserté le paysage musical depuis plus de 20 ans. Mais si ce troisième album reste dans ce (micro)sillon, il le fait avec tant d’allant qu’on ne peut que céder. (...)