Accueil > Critiques > 2024

Peritelle - l’Ampleur des Dégâts

vendredi 9 février 2024, par marc


Alors que les dossiers de presse font état d’un album qui n’existe que dans la tête de ceux qui le défendent, il est difficile de faire mieux que

Un album de la presque-maturité où la mélancolie succède presque au second degré... Cela risque d’en faire pleurer plus d’un·e !

Cette laconique présentation met le doigt sur ce qui fait la spécificité de Peritelle, ’presque’. Parce que c’est dans ces interstices qu’ils s’expriment. Entre ce r’n’b mâtiné de sons house et chanson française, entre un spleen indéniable et un humour aux aguets, entre une sincérité désarmante et un recul assumé, il y a de la marge pour qu’on puisse constater l’Ampleur Des Dégâts.

C’est le genre d’album sur lequel on revient encore et encore, un compagnon de spleen pareil ça n’a pas de prix. De ceux qui font tant de bien parce qu’ils ne font pas semblant de vous remonter le moral. On connaissait déjà par un premier album le talent conjoint de Carl Roosen (Carl et Les Hommes Boîtes, Facteur Cheval...) et Versatyl et ils poussent le bouchon encore un peu plus loin.

On sait par une série de reprises bien emballantes que la forme n’est pas secondaire chez Peritelle. Avec un peu d’ironie mais surtout une envie de relire des classiques de façon oblique, ils ont un sacré sens de la mise en son. Le boulot de Simon ’SiKa’ Carlier est assez bluffant, notamment parce qu’il n’y a aucune esbrouffe. Et la fin de Nuages est somptueuse. Et ça laisse de la place pour les surgissements (Hotel Lift ou Echo en ont aussi).

Parfois je me dis que je devrais faire des abdos/Mais ta lettre me confirme que tu me prends tel que je suis/Comme le menu Quick/Boissons plus frites (Clax)

Evidemment, la façon de délivrer ça dépasse la version écrite. Bref, cet album facile d’accès a beaucoup de profondeur et on n’a pas fini d’user ce superbe vinyle vert.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Peritelle - l’Ampleur des Dégâts 16 février 08:41, par Laurent

    Pied intégral à l’écoute (largement répétée) de ce disque même pas bancal. Pas de géant, me semble-t-il, depuis un prédécesseur qui s’écoute encore sans déplaisir mais n’atteignait jamais cet équilibre impeccable entre décalage et premier degré. La brièveté du projet facilite sûrement l’adhésion, et explique aussi pourquoi on en redemande ! Je maintiens la parenté avec Odezenne, ce qui n’enlève rien à la qualité autonome de ce très chouette album : à mon avis, le plus abouti des projets de Carl Roosens. Merci de l’avoir partagé !

    repondre message

    • Peritelle - l’Ampleur des Dégâts 16 février 13:15, par marc

      C’est surement le disque que j’ai le plus écouté en ce début d’année, sans me lasser alors qu’a priori ça ne devrait pas être ma came.

      Bon, je vais me mettre plus sérieusement à Odezenne donc...

      repondre message

  • Glauque – Les Gens Passent Le Temps Reste

    Pendant plusieurs années, on a pris l’habitude de croiser des morceaux de Glauque, à un tel point qu’on était persuadés que ce premier album n’en était pas un. Mais entre recevoir un morceau percutant de temps en temps et enchainer autant d’upercuts d’un coup, il y a tout de même une fameuse marge.
    Evidemment, le champ lexical de la boxe n’est pas facile à éviter ici. ‘Album coup-de-poing’ est un (...)

  • FUCTAPE - FUCTAPE

    Au moment d’aborder un album, on est parfois submergés par les informations, les intentions et les comparaisons aussi élogieuses que non pertinentes. Le collectif de Toronto (une vingtaine de membres quand même) ne suit décidément pas cette tendance tant il est compliqué de savoir qui fait quoi, voire qui en fait partie tout court. C’est sans doute voulu et cohérent avec le forcément un peu disparate (...)

  • run Sofa - The Joy of Missing Out

    On ne peut pas dire qu’en tant que ville industrielle, Charleroi nous ait livré autant de frissons musicaux que, disons Sheffield ou Manchester. Et si ça changeait ? On n’en sait rien mais un environnement pareil peut aussi être stimulant comme peut le prouver le groupe du jour, distribué par les Liégeois de Jaune Orange montre une belle vitalité.
    L’immédiateté, les avis rapides et tranchés, c’est (...)

  • Peritelle - Ne Soyez Pas Triste

    On avait déjà copieusement apprécié ce que faisait Carl Roosen en tant que Carl ou Carl et les Hommes-Boîtes ou Facteur Cheval. Il est donc logique que l’attachement se poursuive avec Peritelle. On ne lui en veut même pas d’avoir pondu des textes pour le rejeton Geluck (Antoine Chance donc). C’est un de ces cas-limites où la subjectivité joue en plein. On ne va pas le nier, il faut même le reconnaître. (...)

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)

  • Isbells - Basegemiti

    Isbells avait toujours été associé avec une formation comme Marble Sounds. Les deux groupes ont partagé certains membres et étaient sociétaires du même et attachant label Zeal Records et pratiquaient des genres musicaux similaires. Si Marble Sounds a continué sur la même voie jusqu’au dernier album en date, Isbells semble prendre la tangente. Ils ont donc changé de label, de management et même de (...)

  • La Jungle – Blurry Landscapes

    S’il en est qui ne semblent jamais s’arrêter, ce sont bien les deux turbulents Rémy Venant et Mathieu Flasse. On se remet à peine d’Ephemeral Feast que voici déjà son successeur. Il faut dire que ces deux album ont été tous deux composés pendant les confinements. Un simple album de plus alors ?
    Pas vraiment parce qu’il y a ici une composante visuelle. Ils ont eu en effet l’idée de proposer à dix (...)

  • The Ultimate Dreamers - Echoing Reverie

    Le vintage années ’80 est un style qui se pratique depuis des dizaines d’années. S’il peut évidemment être pratiqué par des novices, on ne se lasse pas non plus de ceux qui ont vécu les évènements en direct. Outre les légendes Wire, il y en a d’autres qui ressurgissent du passé. Actif au milieu des années ’80, le quatuor belge est revenu aux affaires à la faveur du confinement qui les avait vus dépoussiérer (...)