Accueil > Critiques > 2024

Ella Ronen – The Girl With No Skin

lundi 18 mars 2024, par marc


Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me

Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.

Une des histoires vraies qui sous-tendent cet album est un viol auquel elle a échappé et évoqué assez pudiquement sur le premier morceau. Le final Rearview Mirror évoque quant à lui ses grand-mères qui ont fui l’oppression européenne ou iranienne dont elles étaient victimes en tant que Juives. Ella vit quant à elle en Suisse. Plombant alors cet album ? Pas du tout.

Parce que ce n’est pas un album qui décrit, parce que l’art peut transcender ces difficultés et servir de témoignage. D’ailleurs, une écoute plus distraite ne mettra pas ces choses en lumière, tout comme elle ne permettra pas d’identifier le clin d’œil à Leonard Cohen sur Undercover. Tout le monde profitera cependant de la production de Sam Cohen, qui chante aussi un peu ici.

Le ton reste délicat, s’appuyant sur un sens mélodique certain et ne reculant pas devant un peu d’électricité (et un poil de vocoder) sur The Mall. Et même quand elle se fait plus languide, c’est toujours relevé (Tightrope). Bref, dans l’ensemble ou dans le détail, distraitement ou en profondeur, Ella Ronen peut convaincre sur tous les de plans.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin 20 mars 16:37, par Laurent

    Oh, c’est joli ça. Et pas plombant, non non.

    Alors Marie Modiano, j’ai la ref (de boomer), par contre je suis passé à côté de Leonard Cohen. À chaque refrain d’Undercover, j’avais plutôt l’impression d’entendre les Righteous Brothers (d’où ces images de Patrick Swayze et d’une tournette de potier qui me hantent depuis). J’y retourne, du coup.

    repondre message

    • Ella Ronen – The Girl With No Skin 22 mars 15:57, par marc

      Elle devient quoi, Marie Modiano ? La référence à Léonard Cohen est dans l’évocation tongue-in-cheek à un agent secret tellement bon qu’il en disparaît visiblement. Pas trop évident donc...

      repondre message

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)