Accueil > Critiques > 2024

Françoiz Breut – Vif !

lundi 20 mai 2024, par marc


Reconnaissable entre toutes, la voix de Françoiz Breut continue à nous faire voyager. Elle est tellement particulière et familière à la fois qu’elle peut s’accomoder de bien des contextes. On avait apprécié les atours plus synthétiques du Flux Flou de la Foule et cet album-ci se place dans cette lignée. Il faut dire que c’est la même équipe qui l’entoure, à savoir le claviériste Marc Mélia, le guitariste François Schulz et le batteur Roméo Poirier.

Cet album occasionnellement très éthéré prend son temps en tous cas, ne se donne pas entier en première écoute. Son unité de ton finit par emporter le morceau. Par rapport à son prédécesseur, les ambiances sont un peu plus organiques ici, même si le folk bucolique n’est pas à l’ordre du jour. Elle revendique pourtant ce glissement vers la forêt. Laquelle peut se cacher sous la ville (Crever Asphalte), et grouiller de vie (Ode aux Vers).

Dans le détail on distingue des claviers plus atmosphériques (Un Pépin), un orgue pour pousser (Hors Sol) ou le groove lascif d’Ectoplasme qui traite de l’absence, ou encore le joli petit gimmick de Lichen qui reçoit le renfort d’une voix masculine non identifiée. Mais c’est certainement la vue d’ensemble qui vaut le coup d’oeil. Françoiz est depuis longtemps une amie dont on aime avoir des nouvelles.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Trotski Nautique - Le Meilleur de A-Bas

    En musique, il est courant que les mots changent de sens. ’Pop’ ne signifie plus la même chose aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Pareil pour ’alternatif’ qui a fameusement dévissé depuis les années ’80. Dans la démarche, ce qu’on entend chez Trotski Nautique (formidable nom...) est à placer dans cette filiation, même si les guitares maladroites ne sont pas de sortie.
    Sur le papier, c’est proposé (peu (...)

  • Nicolas Jules – La Reine Du Secourisme

    Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? Practice makes perfect, tel est le dicton dans une langue non pratiquée par Nicolas Jules. Mais force est de constater qu’il le met en application avec un rythme de publication quasi annuel qui voit son œuvre se polir et se distinguer. Il se situe pour cet aspect-là dans le sillage du regretté Murat.
    Une musique n’est pas parfaite quand il n’y a rien à ajouter mais quand il (...)

  • Beyries - Du Feu Dans Les Lilas

    Honnêtement, on l’a vu venir cet album. Inconsciemment, on l’a espéré aussi. Si Encounter avait vraiment plu, c’est le seul titre en français qui avait le plus marqué. On avait retenu le nom, et le temps a passé. Quand Du Temps a été lancé en éclaireur, l’échine s’est serrée immédiatement.
    On avait détecté sur l’album précédent une tendance à produire des morceaux soyeux mais occasionnellement lisses, c’est (...)

  • Bertier – Machine Ronde

    L’essoufflement est un phénomène bien connu en musique. Un des mécanismes pour le contourner est de s’entourer. Autour des deux membres fixes du projet (Pierre Dungen et Lara Herbinia), il y a toujours eu une effervescence créative, ce qui leur permet non seulement d’évoluer mais de présenter avec ce quatrième album une sorte de synthèse et leur opus le plus abouti et enthousiasmant.
    Chanson (...)