Accueil > Critiques > 2024

Villagers – That Golden Time

mercredi 29 mai 2024, par marc


Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.

Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier typique. On le retrouvera au détour d’un moins excitant Brother Hen. Cette discrétion gagne peut-être à être écoutée au casque parce que cette luxuriance est sous-jacente, parce qu’il est trop facile de passer à côté. Mais il y a de belles et discrètes cordes sur beaucoup de morceaux.

Les défauts de ses qualités donc ? C’est au minimum cohérent et la vraie gratification est bel et bien là. Au détour de la plage titulaire qui présente une vraie ampleur pour qui s’y penchera, ou alors avec le son enveloppant et un peu flou de Keepstake oy les mélodies fondantes sur First Responder. Parfois, il sent aussi qu’il faut tenter autre chose pour que le morceau se distingue et on a la fin psychédélique de Behind That Curtain.

Et puis du début à la fin, il y a sa voix délicate qui ne rendra jamais rien sirupeux ou mièvre. Album éminemment attachant mais qui impose une immersion profonde, That Golden Time fait partie de ces petits bonbons fondants qui résisteront au temps.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)