Accueil > Musique > 2003 > David Bowie : Reality

David Bowie : Reality

mercredi 23 août 2006, par Fred


On le sait et on l’a vu lors d’autres chroniques, David Bowie n’est pas n’importe qui. Quel que soit l’avis que l’on porte sur sa musique, on ne peut que lui porter le plus grand respect au vu de sa carrière, de sa capacité à se renouveler et à absorber les influences les plus diverses pour finalement ne plus faire du rock, de la pop ou du folk, mais bien du Bowie. Voici donc le dernière opus en date qui au rythme où vont les choses, ne restera pas le dernier bien longtemps : en effet ces dernières années Bowie a retrouvé le rythme de sa grande époque de 1 album par an.

Alors quoi de neuf dans le monde de Mr Jones ? Et bien comme tout habitant de la grosse pomme, Bowie a été fortement touché par le 11 septembre. Il y consacre d’ailleurs la plage titre de son album New Killer Star. Ce titre est d’ailleurs le premier single et résume à lui seul le niveau musical de l’album : excellent. Une vraie claque que ce soit au niveau du jeu des musiciens que de la production. Une ampleur dans le son superbe. Du grand art !

Dans cet album, Bowie assume pleinement le rôle de chanteur. Pas qu’il ne l’ait pas fait dans le passé mais comme il a pu l’expliquer dans diverses interviews, désormais il n’a plus besoin de créer des personnages pour raconter des histoires. Celles-ci ne sont plus racontées par Ziggy Stardust ou Nathan Adler mais bien par David Bowie lui-même. Les derniers personnages qu’il ait créés remontent d’ailleurs à l’album Outside.

La chanson Pablo Picasso est fantastique de par l’energie de sa musique et l’ironie de ces paroles : “He could walk down your street/ Girls could not resist his stare /So Pablo Picasso was never called an asshole / Not like you “

Never get old a quant à lui été écrit comme le cri d’un rockeur de 50 ans qui comme un enfant de 5 ans fait une colère et décide de ne pas vieillir. Amusant. D’ailleurs au vu du tempo et de la qualité général de l’album, on se demande bien quand Bowie va vieillir… On est bien loin ici des derniers albums des Stones. De même pour la scène d’ailleurs à ce que j’ai pu en voir…

Pour les fans de Bowie, cet album vous rappellera certainement d’autres de ces tubes, ce qui ne peut être finalement qu’un gage de qualité. Pour les autres, un album rock en roll varié qui offre une introduction parfaite au monde de Bowie et de la haute production (on dit bien haute couture…). Un album qui donne envie de se replonger dans la discographie de ce très grand de la musique. (F.)

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)