Accueil > Critiques > 2003

David Bowie : Reality

mercredi 23 août 2006, par Fred


On le sait et on l’a vu lors d’autres chroniques, David Bowie n’est pas n’importe qui. Quel que soit l’avis que l’on porte sur sa musique, on ne peut que lui porter le plus grand respect au vu de sa carrière, de sa capacité à se renouveler et à absorber les influences les plus diverses pour finalement ne plus faire du rock, de la pop ou du folk, mais bien du Bowie. Voici donc le dernière opus en date qui au rythme où vont les choses, ne restera pas le dernier bien longtemps : en effet ces dernières années Bowie a retrouvé le rythme de sa grande époque de 1 album par an.

Alors quoi de neuf dans le monde de Mr Jones ? Et bien comme tout habitant de la grosse pomme, Bowie a été fortement touché par le 11 septembre. Il y consacre d’ailleurs la plage titre de son album New Killer Star. Ce titre est d’ailleurs le premier single et résume à lui seul le niveau musical de l’album : excellent. Une vraie claque que ce soit au niveau du jeu des musiciens que de la production. Une ampleur dans le son superbe. Du grand art !

Dans cet album, Bowie assume pleinement le rôle de chanteur. Pas qu’il ne l’ait pas fait dans le passé mais comme il a pu l’expliquer dans diverses interviews, désormais il n’a plus besoin de créer des personnages pour raconter des histoires. Celles-ci ne sont plus racontées par Ziggy Stardust ou Nathan Adler mais bien par David Bowie lui-même. Les derniers personnages qu’il ait créés remontent d’ailleurs à l’album Outside.

La chanson Pablo Picasso est fantastique de par l’energie de sa musique et l’ironie de ces paroles : “He could walk down your street/ Girls could not resist his stare /So Pablo Picasso was never called an asshole / Not like you “

Never get old a quant à lui été écrit comme le cri d’un rockeur de 50 ans qui comme un enfant de 5 ans fait une colère et décide de ne pas vieillir. Amusant. D’ailleurs au vu du tempo et de la qualité général de l’album, on se demande bien quand Bowie va vieillir… On est bien loin ici des derniers albums des Stones. De même pour la scène d’ailleurs à ce que j’ai pu en voir…

Pour les fans de Bowie, cet album vous rappellera certainement d’autres de ces tubes, ce qui ne peut être finalement qu’un gage de qualité. Pour les autres, un album rock en roll varié qui offre une introduction parfaite au monde de Bowie et de la haute production (on dit bien haute couture…). Un album qui donne envie de se replonger dans la discographie de ce très grand de la musique. (F.)

    Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • PJ Harvey – I Inside The Old Year Dying

    C’est un phénomène que j’ai du mal à m’expliquer. Il m’est difficile voire impossible de me plonger dans des œuvres récentes d’artistes que j’ai beaucoup aimés il y a longtemps. Si dans certains cas c’est la qualité de leurs albums qui est l’explication la plus facile (Muse, The Killers, Foals...), c’est plus mystérieux en ce qui concerne Radiohead, Nick Cave ou PJ Harvey.
    Il faut dire aussi qu’elle a pris (...)

  • Ralfe Band - Achilles Was A Hound Dog

    Outre un flair hors-normes pour dégotter des talents très actuels (Nadine Khouri, Raoul Vignal, Emily Jane White...), Talitres a aussi le chic de remettre en selle des formations culte. A l’instar de Flotation Toy Warning ou The Apartments, Ralfe Band était passé sous nos radars et c’est le label bordelais qui nous le signale.
    Et il fait bien. Si les albums précédents du groupe d’Oly Ralfe datent (...)

  • The Veils – ...And Out of the Void Came Love

    The Veils est ancré à l’histoire de ce site puisqu’à peu de choses près ils avaient constitué un de nos premiers coups de cœur, en 2004. On avait évidemment suivi toute leur discographie, noté qu’ils étaient absents depuis un petit temps mais il faut être honnête, on avait un peu oublié l’album solo de Finn Andrews. En une heure et quinze morceaux, un des albums de l’année fait le tour du propriétaire et des (...)