Accueil > Musique > 2006 > Tiga : Sexor

Tiga : Sexor

mercredi 23 août 2006, par Fred


Sur papier cet album part très bien. Tiga, DJ canadien, s’adjoint le frères Dewael à la production pour nous livrer un album mixant, balades, tueries de dance-floor et chansons aux saveurs 80’s. On peut dire que ça marche en bonne partie. Les premières chansons qui suivent l’intro font mouche. On trouve le gentillet (Far From) Home, l’extrêmement efficace You Gonna Want Me et High School qu’aurait pu chanter Dave Gahan.

La suite part un peu plus en vrille. On a alors quelques morceaux fortement orientés pour les dance-floor, entre 2 et 4h du matin, (Pleasure from the bass). Mais bon, toujours fortement écoutables et même bien foutus (Good as Gold).

Là où les poils commencent à se hérisser, c’est quand arrivent les balades électro : Car, autant les Pet shop Boys à leur grande époque ont pu faire des choses à la fois calmes, intelligentes et drôles, autant Depeche Mode a pu (et nous a prouvé qu’il pouvaient encore) faire des albums aux rythmes lents, pesants mais toujours intenses ; autant ici, ne ressort que le côté kitsch de la chose. La vacuité des paroles apparaît dés que les rythmiques ralentissent et s’effilochent etdés que les accompagnement baissent le ton (Balad of sexor, Down in it).

On notera une reprise électro sous acide du Burning down the House des Talking Heads. Divertissant.

Au total, cet album sera à conseiller à ceux qui ont aimé la musique des années 80 et à qui de nouvelles chansons copie calque de Pet Shop Boys, Soft Cell et Depeche Mode feront plaisir. On ne pourra dans tous les cas que difficilement excuser 3 balades au gout douteux.

Par contre ceux qui espèrent écouter l’album electro de l’année sur base du single "You gonna want me" risqueront d’être surpris par le mélange des genres. (F.)

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)