Accueil > Musique > 2006 > Marissa Nadler : Ballads of Living And Dying

Marissa Nadler : Ballads of Living And Dying

jeudi 24 août 2006, par Marc


Des années que je n’avais plus entendu ça. Bien sûr, il y a les Feist, Coco Rosie et autres Kelly deMartino ou Emiliana Torrini, mais ça restait dans le folk gentil, même si souvent inspiré. Ici, je me vois projeté dix (quinze ?) ans en arrière. Car c’est du côté des moments apaisés des par ailleurs terroristes sonores Current ’93 (l’album Thunder perfect mind) ou Death in June que cet album me renvoie.

Marissa n’est pas une rigolote, mais sa voix réchauffe. Voici en tous cas mon premier coup de coeur de 2006 et la certitude de passer le reste de l’hiver au chaud. Evidemment, c’est un rien austère mais moins que du Dead Can Dance. Il est possible de tout de suite être séduit par cette voix céleste. Bon, il faut une inclination à la mélancolie sobre qui n’est pas partagée par tous. En tant qu’amateur de spleen musical, je passe vraiment un bon moment.

Toutefois, la formule arpège de guitare acoustique/voix est par trop répétitive pour que la distinction entre les morceaux se fasse dès les premières écoutes. Cependant, il y a tellement de réussites (le très Joan Baez Bird song, les beaux Virginia et Annabelle Lee) qu’on ne trouvera pas le temps long. La légère touche d’accordéon qu’elle se permet (Hay tantos muertos) parfois casse la monotonie. On peut en dire autant du banjo de Days of Rum. Seule la voix définitivement trop différente de celle de David Eugène Edwards empêche de pousser plus loin la ressemblance avec Woven Hand.

Les paroles sont assez fortes dans leur genre (I’m going to tell everybody that I’m glad to see you again even if you’re coming home in a box of cedar in Box of cedar). Pas de lugubre cependant, mais ce sérieux qui force le respect sans inspirer le ridicule.

Si les climats introspectifs et les voix féminines sont votre tasse de thé, vous avez trouvé une nouvelle compagne de route, entre Hope Sandoval (Opale, Mazzy star, The Warm inventions) et Lisa Gerrard (Dead Can Dance). (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)