Accueil > Critiques > 2006

Bright Eyes : Motion Sickness (live)

vendredi 25 août 2006, par marc


Si l’oeuvre de Bright eyes ne m’était pas inconnue, je dois bien avouer que seul Digital ash in a digital urn (qui est un peu un OVNI dans la discographie) est passé à la moulinette d’une analyse. Je constate maintenant l’erreur de cette vue courte puisque c’est l’autre (I’m wide awake, it’s morning) qui était acclamé. Cet album constituant le plus gros de l’origine des morceaux du live dont il est question, le ratrappage est en vue. Amateur de folk depuis toujours, j’étais donc une victime toute désignée pour Bright eyes. Bob Dylan n’avait parait-il qu’à bien se tenir.

C’est en effet au talent du Zim que ramène souvent Bright eyes comme sur When the president talks to god. Bien sûr, il n’y a pas les métaphore hallucinées et à moitié compréhensibles. Mais il y a de l’authentique protest-song là-dedans, de la rage au sujet (le traitement est vraiment délectable) et à la guitare acoustique qui se débrouille toute seule tout y est. A ce propos, je ne peux que vous recommander l’absolument indispensable documentaire Feels like going home. Martin Scorsese qui se penche sur Bob Dylan, c’est trop précieux pour être boudé.

Le Talent de Connor Oberst, ci-devant auteur-compositeur-interprète, se marque autant dans ses textes inspirés que dans sa musique. En effet, celle-ci vire du folk le plus authentique (At the bottom of everything) à la balade slowesque (We are nowhere and it’s now, Scale) avec une déconcertante facilité. Du dénuement le plus total (The biggest lie) au presque kitsch de Old soul song, le bon goût est toujours de rigueur, par la grâce d’une orchestration pouvant être déglinguée quand les circonstances l’exigent. Même les intonations country (Make war) ne lui font pas peur. Pas plus que les ambiances vraiment intimistes, tout juste relevées d’un orgue ou d’une trompette discrète.

Mais le morceau de bravoure est Road to Joy, où un souffle est clairement perceptible, mêlant ampleur des orchestrations et rage de faire passer un texte ravageur. J’aime aussi la rage rentrée de Method acting. Le folk-rock, encore un héritage de Dylan. Reste que la voix de Connor Oberst , qui participe à la singularité de Bright eyes (et apporte une distance par rapport aux styles abordés) semble plus rêche, plus râpeuse et plus proche de ses textes toujours très inspirés.

En guise de récréation, on a même droit à une reprise du Mushaboom de Feist qui montre ici tout son potentiel comme le révèle parfois une reprise.

Cette captation live est donc une fort bonne et variée introduction au talent immense de Bright eyes, joyau folk de cette époque qui regarde son héritage sans complexe. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Angrusori - Live at Tou

    Quelle est la chance d’un cocktail dont vous n’êtes pas fans des ingrédients vous plaise ? Elle n’est pas énorme peut-être mais elle n’est pas mince non plus, et c’est dans cet interstice que s’est glissé cet album d’Angrusori. Il se propose en effet de partir d’un corpus de musique traditionnelle rom slovaque revu par le filtre d’un ensemble contemporain norvégien.
    Si cette association semble étrange (...)

  • Shearwater - Rook (mostly) solo in London, 2018

    On ne peut pas vraiment dire que Jonathan Meiburg soit quelqu’un de vénal. Il a même dû faire appel à l’équipe pour boucler la tournée des excellents Loma. Donc, s’il multiplie les sorties, ce n’est pas pour occuper le terrain. De plus, les bénéfices des ventes (en numérique et sur Bandcamp exclusivement) iront à l’International Rescue Committee qui soutient et défend les réfugiés partout dans le monde. A (...)

  • The National - Boxer Live In Brussels

    Quand une critique tarde, ce n’est pas trop grave, l’album a une certaine durée de vie et la disparition presque complète de ce qu’on a appelé la blogosphère musicale rend encore moins impérieux le besoin de publier vite. Si on essaie de se conformer tant bien que mal au calendrier des sorties, on n’y colle pas au jour près. Par contre, une fois passé le lendemain d’un concert, on estime que c’est trop (...)

  • Shearwater - The Sky Is A Blank Screen

    S’il est une chose qu’on ne pourra pas reprocher à Shearwater, c’est celle de ne pas occuper le terrain. Depuis leur album Jet Plane and Oxbow de l’an passé, on a en effet eu droit à deux sorties virtuelles d’anciens concerts et une reprise intégrale du Lodger de David Bowie. Et maintenant sort ce live qui témoigne de la pertinence de leurs prestations publiques. Espérons que cette politique soit (...)