Accueil > Musique > 2006 > Dominique A : L’Horizon

Dominique A : L’Horizon

vendredi 25 août 2006, par Marc


Même si je l’ai déjà écrit des pelles de fois : la première chanson d’un album se doit de donner envie d’aller plus loin. Las cruces jail de Two Gallants est un bon exemple récent. Et le morceau éponyme de celui-ci en est un autre. Non seulement le morceau est bon, mais il a à la fois l’ampleur et la limpidité de l’album qui suit.

Comme toujours, on en rentre pas dans un album de Dominique A comme dans un moulin : une certaine uniformité dans les premières écoutes fait place à une connivence avec les thèmes qui s’installe, les personnages sont connus et l’alchimie fonctionne. On peut alors s’abandonner aux souvenirs de la Rue Des Marais.

C’est par Auguri que j’ai pris connaissance du chanteur. Par chance, c’était jusqu’ici la porte d’accès la plus facile. En effet, les albums du début sont plus rêches. On peut en dire autant de son dernier Tout Sera Comme Avant qui m’avait laissé un souvenir mitigé. On est donc encore plus agréablement surpris par Dans un Camion qui a servi de zakouski à cet opus. Le morceau est immédiat, séduit dès la première écoute. Le reste est moins ’pop’ mais des morceaux comme Retour au Quartier lointain ou La Pleureuse restent catchy. Des notes de violon (L’Horizon) ou des cuivres (La Pleureuse) apportent un certain souffle (le final d’Adieu Alma) mais on est loin des tripes à la Cali par exemple.

Tout n’est pas parfait : certains textes me restent hermétiques (Par l’Ouest) et les six minutes de chuchotements de Music Hall me parlent moins. De même, l’adhésion à un chanteur comme celui-ci a toujours quelque chose d’irrationnel et subjectif.

Il y a dix ans, on avait bombardé Miossec et Dominique (point commun actuel : ils vivent à Bruxelles) têtes de file de la ’nouvelle chanson française’ pour l’affranchissement avec les modèles du passé et de la variété. Avec le recul, on peut dire que leur forme reste plus moderne que celle des fringants trentenaires actuels (Cali, Bénabar, Delerm...). Il est toujours bienvenu qu’un artiste intéressant mais aride devienne accessible (PJ Harvey ? Nick Cave ?). Mais qu’est-ce que le style Dominique A ? Des histoires racontées à la seconde personne (La Relève), des mélodies plus complexes qu’il n’y paraît cachées par des suites d’accords simplissimes. Même si ce n’est plus un argument par les temps qui courent, j’ai toujours été séduit par la voix de Dominique A. Chaude et humaine. Sure mais néanmoins dénuée de technique tape-à-l’oeil. Sans esbroufe autre qu’un occasionnel vibrato (moins utilisé ici)

Un album brillant quoiqu’il en soit, accessible sans être facile, délicat sans être précieux, avec en prime une ampleur nouvelle. J’envie ceux qui vont découvrir ce chanteur par cet album. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Benjamin Biolay - Saint-Clair

    Rester au sommet est, paraît-il, plus compliqué que de s’y hisser. Ne sachant rien du succès, on va croire le poncif sur parole. S’il en est un qui peut se targuer d’être au faîte de la chanson française c’est bien Benjamin Biolay. Et pour y rester, on va dire qu’il a décidé de jouer sur ses qualités.
    Comme sur l’excellent Grand-Prix, le début de cet album est percutant. Les Joues Roses et Rends L’Amour ! sont deux morceaux immédiats et plutôt irrésistibles, têtes de gondoles évidentes de ce Saint-Clair. (...)

  • Pomme – Consolation

    On sait qu’il peut être hasardeux de tenter de tirer trop d’informations d’une pochette mais le troisième album de Pomme tranche, avec une pose proche d’une installation qu’on devine plus proche d’une Roisin Murphy que de ses coreligionnaires de la chanson française. Il faut dire qu’après un premier album passé inaperçu et un peu renié, Les Failles l’ont placé dans le peloton de tête. Et puis il y a eu les victoires de la musique, un duo convaincant avec Aurora et ses duos avec Safia Nolin (sa femme depuis) (...)

  • Centredumonde – Il Danse Tout Seul Au Bord De La Piscine, Il Est (...)

    Au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau !
    Telle était l’injonction de Charles Baudelaire à la fin de son Voyage. Mais si Centredumonde nous invite à plonger dans son inconnu à lui, il faut son ticket d’entrée, avoir apprécié les succulents EP récents et avoir commencé la descente dans la discographie par les premiers paliers dedémos. Alors oui, vous pouvez y aller, ça y est on y va. Parce qu’on s’enfance dans le plus obscur, le plus brut. Et c’est assez fascinant il faut le dire. A priori, pas de la (...)

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)