Accueil > Musique > 2006 > Anaïs : The Cheap Show

Anaïs : The Cheap Show

samedi 26 août 2006, par Marc


Quand on m’a annoncé une chanteuse rigolote, je me suis méfié. D’autant plus quand les premières paroles m’ont paru mièvres avec un accent québécois à couper à la tronçonneuse. Les faux sourires entendus pour Linda Lemay ne sont vraiment pas ma tasse de thé. Alors on écoute plus par politesse que par curiosité. Et on a raison. Puisqu’en fait, on s’est fait berner, elle est marseillaise. Alors, on pousse un soupir de soulagement et on rit pour la première fois. On rira encore bien souvent. C’était lors d’une des fameuses Black sessions de Bernard Lenoir sur France Inter (si vous voulez savoir ce qui s’écoute ou va s’écouter, c’est une source fiable et absolument indispensable, où se sont bousculés tout ceux qu’on a appréciés ici). Il fallait dès lors se procurer le premier album, intitulé The cheap show. Qui est à peu près identique puisqu’il s’agit d’une captation toute seule face à un public. Public qui d’ailleurs, s’il est un peu médusé aussi au début, se rallie à sa cause bien vite.

Pourquoi ? Parce qu’au delà de la gaudriole et d’un humour vraiment ravageur et naturel, il y a un véritable talent d’interprétation. La voix assure sans aucun problème, supporte tous les styles employés. Et ce qui fait le petit plus et lui permet de se produire seule, c’est l’astuce technique du jam-man, lui permettant de s’enregistrer en direct, du superposer les couches de musique et de voix et s’amuser par-dessus. Ce qui lui permet de faire un saisissant collectif de rap toute seule ou un orchestre celtique (sisi...).

Des chansons comme Mon Coeur, Mon Amour, Le rap collectif, B-B Baise-moi ou Christina devraient l’aider à asseoir la réputation de cette Anaïs. Si certaines n’ont pas une originalité renversante, le procédé qui remplit bien toutes ces compositions marche à tous les coups.
Bon, je ne vais pas vous détailler par le menu tout ce qui s’y trouve, vous aurez le plaisir de le découvrir vous-mêmes.

Les femmes qui se lancent dans la chanson sont souvent des personnalités. On avait découvert Jeanne Cherhal l’an passé et Anaïs est notre nouvelle copine.

La gaudriole ne suffit pas toujours. Ca suffit même rarement pour faire de bons morceaux (il faudra le dire à Jean-Luc Fonck). Donc, il y a ce petit plus qui plait déjà tant. Car, partie d’un enregistrement plutôt bon marché, elle s’apprête à remplir l’Olympia.

Voilà, un bon moment en perspective pour vous. De rien, c’est cadeau, c’est bonheur... (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Centredumonde – Il Danse Tout Seul Au Bord De La Piscine, Il Est (...)

    Au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau !
    Telle était l’injonction de Charles Baudelaire à la fin de son Voyage. Mais si Centredumonde nous invite à plonger dans son inconnu à lui, il faut son ticket d’entrée, avoir apprécié les succulents EP récents et avoir commencé la descente dans la discographie par les premiers paliers dedémos. Alors oui, vous pouvez y aller, ça y est on y va. Parce qu’on s’enfance dans le plus obscur, le plus brut. Et c’est assez fascinant il faut le dire. A priori, pas de la (...)

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)

  • Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

    L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.
    La sensation de voyage est toujours là et cette (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)