Accueil > Musique > 2006 > The Knife : Silent Shout

The Knife : Silent Shout

lundi 28 août 2006, par Seb


Parfois on n’arrive pas à se dépêtrer. Parfois on appelle à l’aide. Et parfois même on vous vient en aide. Merci dont à Seb pour être arrivé à parler d’un album que je vais donc me borner à continuer d’écouter.

Olof Dreijer and Karin Dreijer Andersson nous livrent ici leur 3eme opus. Dès la 1ère écoute, on ne peut s’empêcher d’être attiré par un son très electro dark mais en même temps très loin des hits dance-floor. Le synthé vintage diffuse de la mélodie ultra simple mais très efficace sans tomber dans le minimal. Le son rappelle quelques tracks trance mais pas la trame, on note toutefois une ressemblance entre la plage titulaire et Abusator de Sweetlight, le côté ’je mets les bras en l’air dans les montées’ en moins. Des nappes bien senties font virvolter l’ensemble.

La voix de Karin, que l’on a pu entendre dans le featuring avec Royksopp avec What else is there ? est soupoudrée dans vocodeur qui donne un ton à la fois décalé par rapport aux mélodies mais cohérent.

Le frérot donne la réplique vocale sur le très osé rythmiquement ’We Share Our Mother’s Health’ ou bien encore ’One Hit’. On se perdra volontiers dans ’The Captain’ ou ’Na na na’ qui fleurent bon les étendues blanches et les lacs de Suède.

Le tout est soutenu par des percussions aux goûts de 808 qui évoluent lentement comme les nappes sans jamais finir dans l’ennui.
Avec un peu de recul on pourrait croire que cet album est fait de quelques notes... et c’est le cas ! Chaque morceau semble être en équilibre et ne tenir qu’à un fil mais la cohérence de l’album prouve qu’il ne s’agit pas d’un coup d’inspiration passager mais d’un réel talent.

Bref cet album surprend agréablement par le mélange des genres et prouve que son electro et vocaux peuvent rimer avec poésie et légèreté. (S.)

Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)