Accueil > Musique > 2006 > The Knife : Silent Shout

The Knife : Silent Shout

lundi 28 août 2006, par Seb


Parfois on n’arrive pas à se dépêtrer. Parfois on appelle à l’aide. Et parfois même on vous vient en aide. Merci dont à Seb pour être arrivé à parler d’un album que je vais donc me borner à continuer d’écouter.

Olof Dreijer and Karin Dreijer Andersson nous livrent ici leur 3eme opus. Dès la 1ère écoute, on ne peut s’empêcher d’être attiré par un son très electro dark mais en même temps très loin des hits dance-floor. Le synthé vintage diffuse de la mélodie ultra simple mais très efficace sans tomber dans le minimal. Le son rappelle quelques tracks trance mais pas la trame, on note toutefois une ressemblance entre la plage titulaire et Abusator de Sweetlight, le côté ’je mets les bras en l’air dans les montées’ en moins. Des nappes bien senties font virvolter l’ensemble.

La voix de Karin, que l’on a pu entendre dans le featuring avec Royksopp avec What else is there ? est soupoudrée dans vocodeur qui donne un ton à la fois décalé par rapport aux mélodies mais cohérent.

Le frérot donne la réplique vocale sur le très osé rythmiquement ’We Share Our Mother’s Health’ ou bien encore ’One Hit’. On se perdra volontiers dans ’The Captain’ ou ’Na na na’ qui fleurent bon les étendues blanches et les lacs de Suède.

Le tout est soutenu par des percussions aux goûts de 808 qui évoluent lentement comme les nappes sans jamais finir dans l’ennui.
Avec un peu de recul on pourrait croire que cet album est fait de quelques notes... et c’est le cas ! Chaque morceau semble être en équilibre et ne tenir qu’à un fil mais la cohérence de l’album prouve qu’il ne s’agit pas d’un coup d’inspiration passager mais d’un réel talent.

Bref cet album surprend agréablement par le mélange des genres et prouve que son electro et vocaux peuvent rimer avec poésie et légèreté. (S.)

Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)