Accueil > Musique > 2006 > Tapes ’n Tapes : The Loon

Tapes ’n Tapes : The Loon

lundi 28 août 2006, par Marc


Encore une expérience limite, encore un surf sur de la poudreuse vierge baignée de soleil. L’Amérique est un continent et sa musique "indépendante" (guillemets de rigueur) aussi.

Et si Can avait survécu au Punk ? Ils auraient pu faire un morceau comme ’just drums’. Avec en guest occasionnelle la ligne de basse légendaire de I wanna Be Your Dog des Stooges. L’influence plutôt seventies au sens large puiqu’elle peut aller du rock serré à la Wire (Jacov’s Suite, la fin de Cowbell) jusqu’aux vibrations qui proviennent des premiers balbutiement psychédéliques (l’époque des premiers Pink-Floyd) sur Crazy Eights, voire même de Beck. Vous avez dit singulier ? Oui, un peu, mais loin d’être dérangeant, ni mémorable en l’occurrence pour ce dernier morceau.

On perçoit aussi quelques traces de glam sur The Illiad ou In Houston. Mais le son est plus acoustique (le spectre des Violent Femmes qui a marqué des générations d’une certaine Amérique musicale ?), donc moins tapageur. Par contre Insistor tire presque sur le surf-rock. Très entraînant, un peu comme du Coral qui aurait mis un tigre dans son moteur. C’est le morceau à tester en priorité si le charme n’avait pas agi du premier coup.

Comme pour Band of Horses (on y pense surtout sur Manitoba où le chant est à rapprocher de celui de Bright Eyes), My Morning Jacket, Wilco, Islands, Modest Mouse ou Spoon (sur Buckle) qui peuvent leur être rapprochés pour l’intransigeance et la variété, tout ceci respire une certaine musique indépendante américaine, avec ce que ça suppose comme étrange sensation d’être le seul Européen à écouter ça. Donc, si les groupes cités précédemment vous ont plu, vous faites partie du club restreint des motivés qui cherchent matière Outre Atlantique. Tant mieux pour nous en fait.

Ils développent une bonne intensité sur In Houston, qui mêle habilement la douceur d’un couplet relevé de clochettes et des refrains plus rentre-dedans (tout est relatif, je n’irai pas comme certains à évoquer les Pixies). Mais ils peuvent aussi se faire plus doux sans perdre d’intérêt (Manitoba) puis s’emballer.

C’est une musique de montées et de descentes, de climax et d’énervement occasionnels (10 Gallons Ascots, Manitoba). Mais il faut une fois encore prêter attention pour traquer l’intensité. A ce stade, on est clairement dans la musique pour initiés, pas que ce soit obscur mais il faut montrer sa bonne volonté. Que ceci ne vous effraie pas, tout est plutôt pop et facile d’accès.

Ce n’est pas une musique basée sur rien qui fonctionne par autosuggestion, mais elle suppose d’avoir pu auparavant apprécier certaines des références susmentionnées, comme s’il fallait briser l’emballage pour accéder au produit. Mais une fois dedans, c’est fini pour vous. Les premières écoutes ne m’avaient pas préparé à être à ce point accroché.

Un très bon album qu’il faut donc apprivoiser. Pas que les sons soient bizarres ou que le genre pratiqué soit obscur, mais il faut un peu d’attention et de patience pour que tous les charmes se dévoilent. Mais le jeu en vaut vraiment la chandelle. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)