Accueil > Musique > 2006 > Dirty Pretty Things : Waterloo To Anywhere

Dirty Pretty Things : Waterloo To Anywhere

lundi 28 août 2006, par Marc


Pour ceux qui auraient manqué cet épisode pas essentiel du rock anglais récent, Dirty Pretty Things est le projet de Carl Barât, ancien des regrettés Libertines. Pour rappel aussi, la confrontation de ce Carl Barât avec Pete Doherty était explosive. Leur producteur, pourtant habitué aux frasques rock ’n roll les frères Gallagher dont il s’est aussi occupé par avait mis des gardes du corps pour éviter qu’ils se tapent trop dessus en studio. Le résultat est deux albums excellents et énergiques. L’énergie indéniable de Pete Doherty est simplement suggérée sur Down in Albion, le fort décevant album des Babyshambles, sur lequel certains ont voulu distinguer une poésie du bâclé.

Dès lors, projet ne pourra qu’être comparé à celui de l’autre moitié du groupe disparu. On voudrait éviter les polémiques mais bon, les faits sont là et les deux albums existent. On tentera de ramener le débat sur le terrain musical. On verra ainsi qu’il y a un vainqueur indiscutable.
Quelle est la concurrence sur ce marché ? On va dire le rock ’n roll remettant l’énergie au goût du jour et pour esthètes. Citons les Strokes (en plus sautillant peut-être) et Franz Ferdinand (la voix n’est jamais hurlante et la basse parfois plus présente, ce qui renforce la ressemblance avec la bande de Glasgow). Il devrait se trouver aussi dans l’important auditorat des Arctic Monkeys des gens intéressés par ce premier album, même si on vire parfois dans le presque punk (Gin & milk, You Fucking Love It)

C’est toutefois le jeu de deux guitares avec petit riff est parfois fort réussi (Doctors and Dealers, Wondering) qui convainc le plus. On pense alors à quelques morceaux récents des Strokes. Le single Bang Bang You’re dead a été bien choisi puisque catchy mais il reste un peu plus conventionnel. L’impression de déjà entendu peut déforcer le tout. Etrangement, c’est dans les moments les moins speedés que le spectre du groupe disparu de Carl Barât ressurgit le plus nettement (B.U.R.M.A.).

Comme le style pratiqué n’est pas varié, la première impression est que les meilleurs morceaux sont dispensés dès le début. Une écoute attentive et aléatoire permet juste de dire que Doctors and Dealers est le plus réussi.
Bien sûr, mon enthousiasme relatif est boosté par ce que j’écoute d’autre en ce moment (voir les autres critiques de ces temps-ci) mais vous pourrez également prendre une pause récréative avec ceci.

Question en passant : The Last Of The Small Town Playboys serait-il un clin d’oeil à The Last Of The Famous International Playboys de Morrissey ? Que ce soit le cas ou non, musicalement elles n’ont absolument rien à voir. Oui, oui, je suis parfaitement conscient de ce que ces deux dernières phrases ont de gratuit

Donc, Dirty Pretty Things/Babyshambles, 1-0, balle au centre. Les Libertines vont peut-être nous manquer mais ceci (et peut-être encore plus les Arctic Monkeys) va nous consoler un peu. L’énergie pas complètement lobotomisée est une denrée vraiment trop nécessaire à notre vie musicale pour se passer de petites capsules comme celle-ci. Ceci dit, le grand frisson ne viendra pas d’ici puisque tout sonne le déjà souvent entendu. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Dirty Pretty Things : Waterloo To Anywhere 27 août 2007 00:22, par victor

    bonjour,
    comme vous j’avais été déçu par l’album des babyshambles, et un peu plus enthousiaste avec l’album des dirty pretty things. Cependant je viens de les ré-écouter tous deux, et je viens de réaliser que je me trompais. Un an plus tard, l’album des babyshambles me semble meilleur. Alors qu’en ré-écoutant les dirty pretty things j’ai l’impression d’entendre une pâle copie des libertines, même si elle est plutot bien réussie, l’écoute en est agréable et même réjouissante, récréative, comme vous dites ; eh bien avec les babyshambles je n’ai pas cette impression là. Ils innovent plus, c’est plus audacieux, je trouve, et pas si mal réussi que ça (si si, ré-écoutez "what katie did next", "back from the dead" ou "the 32nd of december" ; tentons de rester indulgents pour les tentatives de reggae (mais non "sticks and stones" n’est pas si mauvais)). Alors que pete doherty a fait son petit sandinista (un désir d’expérimentation ; quelque petites longueurs qu’on pardonne), pour carl barat ça reste encore à faire.

    Et puis sinon, bravo pour votre site, il est très chouette.

    repondre message

    • Dirty Pretty Things : Waterloo To Anywhere 27 août 2007 08:59, par Marc

      Le fait est que je n’ai pas beaucoup réécouté ces groupes depuis. Peut-être que je changerais d’avis aussi. Une critique n’est jamais qu’un avis à un moment donné. Le battage qui voulait que tout ce que fait Pete Doherty est forcément génial et subversif est peut-être un peu responsable.

      Quant aux Dirty Pretty Things, un concert exécrable au Pukkelpop m’en a un peu détourné...

      Merci pour tona vis en tous cas

      repondre message

  • Foals – Life Is Yours

    Depuis un certain temps, chaque sortie de Foals suscite un peu de curiosité et on se promet de passer notre tour si ça ne nous inspire pas. Et depuis longtemps, on n’est plus séduits mais toujours assez pour formuler un avis. On avait quitté la formation anglaise sur un double album qui étrangement ne lançait pas les idées nouvelles que le format laissait espérer.
    Jamais désagréable, toujours bien propre sur soi et bien exécutée, la musique de Foals manque de plus en plus de personnalité. Ils semblent (...)

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)