Accueil > Critiques > 2006

El Perro Del Mar : El Perro Del Mar

lundi 28 août 2006, par marc


« Qu’un être du sexe opposé au mien me jette à l’âme la fulgurante éclaboussure de son gai désespoir et je craque ». Ce sont des mots de Pierre Despoges que non seulement je partage dans la vraie vie, mais qui s’appliquent bien à cet album d’El Perro Del Mar. Sous cet effrayant patronyme se cache l’oeuvre d’une chanteuse suédoise. La vie est bizarre parfois.

Toutes les années voient une fille nous apporter de la douceur musicale. La livraison de cette année est sans doute aussi la plus addictive. Voilà, j’ai fondu comme un petit sucre. La faute à quoi ? A la voix d’abord. Une voix un peu triste, mélancolique disons, de fille larguée. Larguée de la vie (I can’t understand people/And I Guess It’s Allright/They can’t understand me) larguée récemment par un homme aussi visiblement (All the feelings you got for me/Is like the feelings for a dog). Pour rendre intéressant des shoo-be-do-wap-wap, sha-la-la-lala, voire un be-bop-a-lula, il faut un certain talent, du culot ainsi qu’un goût pour le décalage. Elle a tout ça donc ça fonctionne.

Les paroles sont souvent répétitives, comme de petites incantations pop. Tout tourne autour d’une idée souvent bonne réitérée à l’envi. Ce qui me permet de comprendre aussi plus facilement qu’une logorrhée à la Dylan.
Les orchestrations se limitent souvent à une guitare acoustique rehaussé d’un discret clavier. Mais ce n’est jamais minimaliste non plus. Un petit cuivre est parfois le bienvenu (Here Comes That Feeling).

Les gens que ce genre de considération amuse trouveront de grandes similitudes entre l’intro de Party et celle de Tout Compte Fait de Miossec. Je me rends bien compte que ce n’est pas une majorité.

Dans le deuxième partie, la voix se fait plus douce et moins plaintive, comme si elle venait de se remettre de son gros chagrin et qu’il ne lui reste plus que sa délicatesse et sa fragilité. Elle chante d’ailleurs I Lost The Blues For You sur Coming Down The Hill, It’s so good, take a new road and never look back sur It’s All.

A ce tarif-là, trop beau pour être joli, trop tristouille pour être mièvre, trop décalé pour être déprimant, l’univers de El Perro Del Mar est attachant, forcément attachant.

Si vous aimez de petites choses délicates, ceci est pour vous. Il existe forcément des moments dans la vie où de petites touches de douceur comme celle-ci sont indispensables.

Fraîche et douce, cette petite sucrerie acidulée ne vous collera pas aux dents mais à la mémoire. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Florent Brack - Faces

    On l’avoue, on reçoit beaucoup de musique et vu la relative étroitesse des styles défendus ici, le tri est souvent vite fait. Et puis quand on écoute certains artistes à la marge de nos goûts, il se peut qu’on soit intrigués et que le contact se fasse. C’est ce qui s’est fait avec Florent Brack et le son d’Unstoppable qui claque. Une relative déconnexion de la vraie vie m’a tenu à l’écart des dernières (...)

  • Part-Time Friends - Weddings and Funerals

    Non, ce n’est jamais la qualité moyenne d’un album pop qui frappe (sauf si elle est exceptionnellement élevée), on revient toujours sur un album pour les morceaux qui nous ont marqués, surtout en matière de musique pop. Même Si fait partie de ces morceaux immédiatement sympathiques, catchy en diable et confirme aussi une tendance très actuelle de mêler titres en français et en anglais, comme s’il (...)

  • Isaac Delusion - Uplifters

    C’est la basse qui tient l’avant-scène de Fancy, qui lance cet album et cette pop tristoune comme on l’aime fonctionne en plein. Elle a aussi le mérite d’énoncer clairement les intentions de l’album puisqu’on dénote un virage plus synthétique pour la formation française, plus solaire aussi sans doute.
    Ce qui nous vaut un album moins éclectique que par le passé mais pas uniforme pour autant. Leurs (...)

  • Say Lou Lou - Immortelle

    On avait déjà été séduits par la pop sucrée mais pas trop du duo. Les jumelles Miranda et Elektra Kilbey sont les filles de Steve Kilbey (de The Church) et de la musicienne suédoise Karin Jansson. The Church, d’ailleurs, est surtout connu pour Under The Milky Way, composé par les deux parents. On retrouve sur ce court album une version trop enrobée qui n’a pas la beauté de l’original. On reste bien (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)

  • Jungstötter - Air

    Quand on a découvert Jungstötter, c’était presque trop beau pour être vrai. En se situant aux confluents de tant de choses qu’on aimait comme Patrick Wolf ou Soap&Skin (dont il a assuré les premières parties) ou Anohni, il a délivré avec Love Is un de nos albums préférés de ces dernières années. C’était aussi l’occasion de retrouver des collaborateurs talentueux comme P.A. Hülsenbeck qui d’ailleurs est (...)