Accueil > Musique > 2006 > Guillemots : From The Cliffs

Guillemots : From The Cliffs

lundi 28 août 2006, par Marc


Les Guillemots sont de drôles d’oiseaux (c’est une blague très drôle parce que Guillemots c’est une variété d’oiseau, évidemment quand on explique ça le fait moins). Le line-up déjà est tout un poème. Auprès de Fyfe Dangerfield, songwriter anglais, se trouvent un guitariste brésilien, un batteur écossais, un claviériste canadien et une contrebassiste anglaise. La variété est donc une des qualités premières de cet album. Les comparaisons possibles sont nombreuses mais ne s’appliquent qu’à des petites parties de morceaux. Le plus agréablement surprenant dans tout ça, c’est que ça marche puisque le patchwork est cohérent.

Par exemple Trains to Brasil ressemble à du Manic Street Preachers de la période This Is My Truth Tell Me Yours. Les cuivres en sus viennent donner toute l’épaisseur nécessaire à ce morceau qui fait pour le moment le bonheur de certaines radios.

Mais est-ce de la musique progressive ? Oui, si on tient compte de la longueur des morceaux, de certaines références Floydiennes comme les slides du début de Over The Stairs et les choeurs qui font assez Saucerful of Secrets, voire Us And Them, ce qui est assez rare dans le chef d’un groupe pop de 2006 mais ça tient la route. Enfin, pour ceux que le rock lyrique des années 70 ne rebute pas. Par moments, ça peut évoquer les bons Mercury Rev et de la structure non linéaire de beaucoup de titres.

La voix m’a fait même penser à un mélange de Paul Mac Cartney (Over The Stairs) avec des envolées sont plus proches de celles de Jeff Buckley, encore que la facture plus classique nous renvoie plus volontiers vers le père, Tim. Tant d’influences qui s’entrechoquent et l’unité qui est préservée, c’est une performance. Cependant, je ne peux m’empêcher de trouver ça fort bien fait mais pas excessivement émouvant. Tout dépend de ce qu’on cherche au détour de ce morceau de plus de 9 minutes.

On a même droit au solo de clarinette (Who Left The Lights Off) à la Supertramp pour un morceau qui ne l’évoque pas mais plutôt Travis ou un genre de truc pareil. Les tabous n’ont plus droit de cité de nos jours. Et, encore une fois, ça ne détonne pas.

Cet album comporte donc peu de morceaux (une bonne moitié figurait sur Trains To Brasil, pas des masses sorti dans nos contrées) et aucun n’est dispensable. Je m’en voudrais donc de dénigrer un album très agréable de bout en bout, recherché et accessible. Juste une question de goût. C’est toujours une discussion sans fin de savoir si on peut déclarer quelque chose intrinsèquement mauvais contre le relativisme culturel mou (venant d’incultes dans tous les cas d’ailleurs) ou si on doit se borner à dire qu’on n’aime pas. Le cas qui m’occupe est plus complexe. Je sais que je n’userai pas ce disque mais aucun défaut rédhibitoire ne vient me gâcher l’écoute. La grande qualité technique et les compositions impeccables sont indéniablement là et il ne faut pas bouder son plaisir. Celui des amateurs de pop (dans l’acception seventies du terme) complexe sera au moins content. Mais la cote d’alerte personnelle est occasionnellement atteinte. Sur Cat Eyes par exemple qui semble hésiter entre la franche ballade au ralenti et un titre plus fouillé. C’est un phénomène qu’on retrouve souvent chez Archive par exemple. Si vous appréciez ce dernier groupe d’ailleurs, vous pourrez sans doute profiter de celui-ci.

Je terminerai par la belle montée sur Go Away, qui est mon titre préféré. Une coupure nette au beau milieu permet ce bon moment qu’une guitare réussie pousse. Made Up Love Song #43 est aussi fort bien, peut-être parce qu’il rappelle à mon souvenir l’excellent album des Veils (plongez-vous dedans sans une seconde d’hésitation si vous ne l’avez pas encore fait).

Le mélange des Guillemots est troublant tant il reste cohérent malgré la variété de styles pratiqués. Ceci grâce à une personnalité propre déjà bien affirmée. Ceci dit, l’exercice me semble trop lisse et cérébral pour vraiment me toucher. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)

  • ( r ) - Titan Arum

    C’est par la bande qu’on s’est rendus compte de l’importance de Fabrizio Modonese Palumbo. Il fait partie d’Almagest ! qui nous avait déjà plu mais c’est en découvrant ce qu’il avait fait avec Enrico Degani (formidable lui aussi) que l’amplitude de son œuvre s’est manifestée. On l’a depuis recroisé aux côtés d’un très bon Xiu Xiu et c’est sous le nom de ( r ) qu’il se rappelle à notre bon souvenir. Tant qu’on est dans les bons souvenirs, c’est une sortie de Cheap Satanism.
    Le début d’album est digne d’un (...)

  • Piles - Una Volta

    Il y a des noms qui n’évoquent guère avant qu’on ne les croise dans des projets emballants à très courts intervalles. Ce projet à trois batteurs, Guigou Chevenier, Michel Deltruc et Anthony Laguerre se place en effet dans le sillage du Club Cactus dont on vous a parlé récemment. D’autant plus que le dernier nommé est membre des deux formations et de Filiamotsa. Mais à l’inverse des deux autres groupes, il n’y a pas d’invités vocaux au programme. Il y a bien quelques extraits sonores sur Materials in Us (...)

  • The Defigureheads - Chaos and Cosmos

    Si les noms de groupe issus de chansons célèbres sont légion (de dEUS à Radiohead en passant par Sisters of Mercy), je ne parierais pas que The Defigureheads fasse référence au légendaire album de The Cure. Parce que le genre pratiqué est un rock très teinté par les années ’70. Donc ce n’est l’originalité qui prime mais la compétence et la passion. Et sur ces deux fronts, le trio français répond à l’attente.
    Dans le genre, on s’est habitués au versant psychédélique et stoner du genre et ce n’est pas (...)

  • Björk - Biophilia

    J’aime, j’aime la vie
    Dans la musique de Björk, il a toujours été question de recherche : la quête d’un équilibre parfait entre sa soif d’explorations sonores et son profond enracinement pop. Comme les deux facettes d’une personnalité schizophrène, tantôt la chanteuse a-t-elle gardé les pieds sur terre, tantôt s’est-elle laissé dominer par ses délires visionnaires. Et si sa discographie, toujours exigeante, est à peu près exempte de reproches, l’équilibre a rarement été atteint. “Debut” et “Post” : trop (...)

  • Blanck Mass - Blanck Mass

    Dans « abscons », il y a « abs »
    Soyons fou et allons loin dans l’intime. Juste entre nous, j’ai un aveu à vous faire, un gros défaut à confesser : j’ai horreur d’attendre. Faire la file, tout ça... pouah ! Très peu pour moi : c’en est maladif. Vous allez me dire que dans le domaine de la production musicale, il faut justement savoir se montrer patient : sentir poindre l’excitation en attendant la sortie d’un nouveau disque, laisser à un artiste le temps de mûrir, donner la chance à un album de nous (...)

  • Wire - 10:20

    Un album d’inédits sortis pour le Record Store Day, ce n’est pas a priori la proposition la plus alléchante de la part de Wire, même si une discographie étalée sur 43 ans et des setlists imprévisibles regorgent de morceaux peu ou pas entendus. C’est sur le papier donc un album pour fans exclusifs, pour collectionneurs compulsifs et dont le résultat est hétéroclite. Enfin, tout ça serait vrai si Wire était un groupe habituel.
    Parce que Wire est tout sauf un groupe comme les autres. Ne refaisons pas (...)

  • Foals - Everything Not Saved Will Be Lost Part 1

    Parfois la sortie d’un album nous prend par surprise : on ne l’avait pas vu venir, on n’avait pas suivi les annonces.... Parfois, la surprise est même double car on apprend que c’est la "Part 1" et qu’il y aura donc une deuxième fournée, à l’Automne 2019 précisément. C’est le scénario pour ce nouvel album de Foals.
    Car Foals, c’est un groupe qu’on suit désormais sans déplaisir, sachant qu’ils peuvent surprendre, mais on ne les tient plus pour une des meilleures formations de la scène actuelle et on est moins (...)

  • Roger Waters - Is This The Life We Really Want ?

    Ici, on a toujours privilégié la critique et l’analyse plutôt que le versant personnel, on a toujours dit ‘on’ au lieu de ‘je’ mais bon, on a une vision différente pour certains artistes et il est aussi illusoire et inutile de la cacher. Ainsi le premier texte que j’ai écrit sur un album date de 1992 (non, il n’existe plus de trace du méfait) et traitait d’Amused to Death de Roger Waters, grand album au demeurant. L’ancien bassiste de Pink Floyd n’en a d’ailleurs rien sorti depuis, privilégiant de (...)

  • Ride - Weather Diaries

    Le point d’entrée d’un groupe, l’album qui nous l’a fait découvrir, est loin d’être anodin, et conditionne l’image qu’on en aura pour le reste de leur carrière. Quand on découvre leurs débuts, tout va bien, mais il arrive qu’on l’aborde par la bande sans le vouloir. C’est ainsi que j’ai découvert Jesus and The Mary Chain via leur atypique Stoned and Dethroned et Ride à travers Carnival of Lights pour découvrir après que cet album décrié (mais que j’aime beaucoup) était établi bien loin de leur camp de base. (...)