Accueil > Musique > 2006 > Iliketrains : Progress Reform

Iliketrains : Progress Reform

mardi 29 août 2006, par Marc


Il vaut mieux privilégier la qualité à la quantité. C’est ce qui découle de l’écoute des plus rares productions neo-cold-wave de cette année. En effet, si 2005 a vu une déferlante de groupes s’inspirant clairement du début des années ’80 avec plus ou moins de réussite (certainement en matière de morceaux, presque pas au niveau des albums), la source semblait tarie, en attendant que tous ces groupes sortent un hypothétique second album. Cette année, on a seulement eu droit à I Love You But I’ve Chosen Darkness et ce Iliketrains. Si j’ai pu penser du bien des Texans, ceci est encore plus fort.

Le premier arpège a ceci de troublant qu’il installe immédiatement une ambiance de revival des musique froides de l’aube des années ’80 mais que les pédales d’effets semblent subtilisées à des groupes post-rock (Explosions In The Sky que je me surprends à citer souvent) plus contemporains. On sait qu’on n’entendra pas de bossa, que la guitare ne sera jamais acoustique.

A Rook House For Bobby pourrait fort bien faire partie du répertoire de The National, le final très dense excepté. On peut dire la même chose de Beeching report. Mais quand le son est moins touffu, la sauce prend moins bien que chez les New-Yorkais (le début de The Accident). Car ce sont ces finaux somptueux qui conférent de l’intensité aux morceaux. Le reste se révélant parfois plus difficile à mémoriser (No Military Parade, Stainless Steel). Le procédé est systématique puisqu’il clôture presque tous les titres, même ceux qui commencent dans l’anodin intimiste, mais il est diablement efficace. Les guitares brouillardeuses du shoegazing reviennent de temps en temps comme on l’a entendu chez Film School.

Si la voix est très belle, la musique est suffisamment consistante pour tenir toute seule (le son de guitare très Explosions in the Sky sur Stainless Steel). Du post-rock donc, comme il est admis que ce dernier est un avatar instrumental d’un certain noisy-rock. C’est ce qui distingue Iliketrains d’autres comme Editors ou I Love But I’ve Chosen Darkness dont les morceaux reposent sur des structures pop plus classiques (Echo And The Bunnymen, etc...). Pour rester dans les allusions crépusculaires, citons aussi les choeurs à la Bad Seeds sur The Beeching Report.
J’avoue une satisfaction coupable à mêler ces étiquettes. Je vous dois un glossaire, j’en prends bonne note.

C’est un pur produit du moment. Ce qui devait être un groupe de genre se révèle être un savant mélange de styles divers tellement typique de notre époque tordue. Résumons : de la musique froide et hantée début eighties avec une voix à la The National, des finaux intenses et longs en bouche de shoegazing plus des structures et des effets de post-rock. Le mélange est destiné à un public très particulier donc, peu friand de gaudriole et que ne rebute pas une mélancolie austère. C’est donc en tant que coeur de cible que j’exprime mon attachement.. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)

  • Goodbye, Kings - The Cliché of Falling Leaves

    Avec un line-up pléthorique, et un album articulé en plusieurs parties et un support visuel dansé, le groupe milanais Goodbye, Kings est visiblement ambitieux. Mais si le résultat est forcément ample, il sait garder une taille humaine et accessible.
    Comme on s’y attend aussi au vu du thème (en gros, l’enchainement des saisons, les morceaux présentent des personnalités différentes, même si le rapport aux saisons ne saute pas aux oreilles immédiatement. Après une longue introduction de rigueur, la (...)

  • Wire - 10:20

    Un album d’inédits sortis pour le Record Store Day, ce n’est pas a priori la proposition la plus alléchante de la part de Wire, même si une discographie étalée sur 43 ans et des setlists imprévisibles regorgent de morceaux peu ou pas entendus. C’est sur le papier donc un album pour fans exclusifs, pour collectionneurs compulsifs et dont le résultat est hétéroclite. Enfin, tout ça serait vrai si Wire était un groupe habituel.
    Parce que Wire est tout sauf un groupe comme les autres. Ne refaisons pas (...)

  • Foals - Everything Not Saved Will Be Lost Part 1

    Parfois la sortie d’un album nous prend par surprise : on ne l’avait pas vu venir, on n’avait pas suivi les annonces.... Parfois, la surprise est même double car on apprend que c’est la "Part 1" et qu’il y aura donc une deuxième fournée, à l’Automne 2019 précisément. C’est le scénario pour ce nouvel album de Foals.
    Car Foals, c’est un groupe qu’on suit désormais sans déplaisir, sachant qu’ils peuvent surprendre, mais on ne les tient plus pour une des meilleures formations de la scène actuelle et on est moins (...)

  • Roger Waters - Is This The Life We Really Want ?

    Ici, on a toujours privilégié la critique et l’analyse plutôt que le versant personnel, on a toujours dit ‘on’ au lieu de ‘je’ mais bon, on a une vision différente pour certains artistes et il est aussi illusoire et inutile de la cacher. Ainsi le premier texte que j’ai écrit sur un album date de 1992 (non, il n’existe plus de trace du méfait) et traitait d’Amused to Death de Roger Waters, grand album au demeurant. L’ancien bassiste de Pink Floyd n’en a d’ailleurs rien sorti depuis, privilégiant de (...)

  • Ride - Weather Diaries

    Le point d’entrée d’un groupe, l’album qui nous l’a fait découvrir, est loin d’être anodin, et conditionne l’image qu’on en aura pour le reste de leur carrière. Quand on découvre leurs débuts, tout va bien, mais il arrive qu’on l’aborde par la bande sans le vouloir. C’est ainsi que j’ai découvert Jesus and The Mary Chain via leur atypique Stoned and Dethroned et Ride à travers Carnival of Lights pour découvrir après que cet album décrié (mais que j’aime beaucoup) était établi bien loin de leur camp de base. (...)