Accueil > Musique > 2006 > Hot Chip : The Warning

Hot Chip : The Warning

mardi 29 août 2006, par Seb


Attention le nouvel album de Hot Chip arrive. Pas d’inquiétude ce n’est pas de la musique d’Amiga 500 mais celle d’un petit groupe d’Outre-Manche qui se perd entre pop et electro pour résumer.

Connu du grand public grâce au hit que l’on a entendu encore et encore (Over and Over), Hot Chip se révèle plus calme dans l’ensemble.
Si la première plage effraie, c’est normal. L’introduction en rebutera plus d’un. Un beat ultra breaké assez agressif contraste drastiquement avec les voix (op)posées. Quelques passages sans percussion rendent le tout presque digeste. Bref tout ceci n’est guère représentatif de la suite. De fait on nage par la suite dans des rythmes assez légers, bouclés, limite un peu trop simplistes nappés de mélodies gentillettes. Des clochettes rappellent parfois les carillons qui tournaient au dessus de nos têtes lorsqu’on était bébé (Cfr Colours, Look after me ou Won’t Wash). Tout ceci est toujours supporté par une voix féminine (et parfois masculine) qui donne aux morceaux tout leur sens. On assiste néanmoins à quelques soubresauts des bpms avec Boy From School ou Arrest Yourself mais n’y cherchez pas le futur dance floor killer.

Musicalement et techniquement, pas de révolutions à l’horizon. On est plus en présence d’un album d’une bande de potes qui s’amuse sans chercher la complication. Néanmoins la sauce pop/electro prend bien mais j’avoue me lasser avant la fin de l’album.

Toutes ces bases sont surtout le terrain propice aux remixeurs du genre pour s’en donner à coeur joie comme DFA (comme par hasard) avec Just Like We, Erol Alkan avec Boy from School ou bien encore le très bon Solid Groove remix de Over and Over.

Bref, un album à savourer au coin de la piscine un cocktail maison à la main, après un nuit qui s’est terminée aux aurores. (Seb)

Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)