Accueil > Musique > 2006 > Om : Conference Of The Birds

Om : Conference Of The Birds

mardi 29 août 2006, par Marc


J’imagine que c’est un pur hasard mais cet album fleurant bon le psychédélisme des années soixante m’arrive en même temps que l’annonce du décès de Syd Barret. Car ne cherchons pas midi à quatorze heures, l’univers de Om n’est pas éloigné de celui des premiers Pink Floyd.
Si je n’apprécie pas particulièrement les critiques track-by-track, la présence de seulement deux – longs – morceaux m’y oblige pour une fois.

Ainsi dès le début At Giza rappelle immanquablement A Saucerful Of Secrets de Pink Floyd. Même basse entêtante, même climat psychotrope, même voix monocorde et incantatoire. Puis on remarque que les ambiances ne varient pas vraiment, tout juste le tempo. C’est alors les Allemands de CAN (période Soundtracks pour fixer les idées) qui s’imposent comme incontournable référence. Vous l’aurez deviné, on n’est pas ici en présence d’une énième resucée post-punk. A la moitié du morceau, c’est pratiquement un redémarrage, plus lent. Comme du blues à l’arrêt. Puis la mélodie primaire, volontairement minimale revient. Si vous avez un jour apprécié les deux références mentionnées, vous ne pourrez qu’aimer ça.

Savoir si ça a un quelconque intérêt en 2006 est une question embarrassante que je vais m’empresser d’éluder dans un premier temps.
La seconde plage (Flight of the Eagle) semble tout d’abord n’être qu’une variation avec une guitare grondante plus présente du premier titre. La mélodie est largement aussi pauvre et répétitive et après le premier titre et malgré une guitare inédite chez les glorieux anciens, on reste sur notre faim. Et un ennui solide succède à la perplexité. En effet, sans le foisonnement d’idées du Floyd ni la transe de Can, il faut un certain aplomb pour proposer ça presque quarante ans après. Tabler sur l’ignorance ou la nostalgie ne suffira pas, je le crains.

Pour que cette musique fonctionne, il faudra évidemment atteindre le niveau d’attention psychique requis. Ceci pourra nécessiter l’utilisation d’adjuvants… Faute d’avoir essayé, j’ai regardé ma montre à plus d’une reprise.

OM ne joue donc pas la modernité ni la variété. Si pour vous Pink Floyd s’est fourvoyé depuis son second album, ceci pourra vous plaire. Qu’on puisse faire ça de nos jours m’intrigue plus que ça ne m’intéresse. Je vais plutôt ressortir mes vinyles et laisser ceci au rayon ‘anachronismes superflus’. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Piles - Una Volta

    Il y a des noms qui n’évoquent guère avant qu’on ne les croise dans des projets emballants à très courts intervalles. Ce projet à trois batteurs, Guigou Chevenier, Michel Deltruc et Anthony Laguerre se place en effet dans le sillage du Club Cactus dont on vous a parlé récemment. D’autant plus que le dernier nommé est membre des deux formations et de Filiamotsa. Mais à l’inverse des deux autres groupes, il n’y a pas d’invités vocaux au programme. Il y a bien quelques extraits sonores sur Materials in Us (...)

  • The Defigureheads - Chaos and Cosmos

    Si les noms de groupe issus de chansons célèbres sont légion (de dEUS à Radiohead en passant par Sisters of Mercy), je ne parierais pas que The Defigureheads fasse référence au légendaire album de The Cure. Parce que le genre pratiqué est un rock très teinté par les années ’70. Donc ce n’est l’originalité qui prime mais la compétence et la passion. Et sur ces deux fronts, le trio français répond à l’attente.
    Dans le genre, on s’est habitués au versant psychédélique et stoner du genre et ce n’est pas (...)

  • Björk - Biophilia

    J’aime, j’aime la vie
    Dans la musique de Björk, il a toujours été question de recherche : la quête d’un équilibre parfait entre sa soif d’explorations sonores et son profond enracinement pop. Comme les deux facettes d’une personnalité schizophrène, tantôt la chanteuse a-t-elle gardé les pieds sur terre, tantôt s’est-elle laissé dominer par ses délires visionnaires. Et si sa discographie, toujours exigeante, est à peu près exempte de reproches, l’équilibre a rarement été atteint. “Debut” et “Post” : trop (...)

  • Blanck Mass - Blanck Mass

    Dans « abscons », il y a « abs »
    Soyons fou et allons loin dans l’intime. Juste entre nous, j’ai un aveu à vous faire, un gros défaut à confesser : j’ai horreur d’attendre. Faire la file, tout ça... pouah ! Très peu pour moi : c’en est maladif. Vous allez me dire que dans le domaine de la production musicale, il faut justement savoir se montrer patient : sentir poindre l’excitation en attendant la sortie d’un nouveau disque, laisser à un artiste le temps de mûrir, donner la chance à un album de nous (...)