Accueil > Musique > 2006 > Moloko : Catalogue

Moloko : Catalogue

mardi 29 août 2006, par Marc


l faudra s’y faire, Moloko c’est fini. Mark Brydon et Roisin Murphy ne feront plus les guignols ensemble. Depuis, cette dernière a d’ailleurs exploré d’autres voies avec succès sur l’excellent Ruby Blue composé par Matthew Herbert, confirmant ainsi son statut de chanteuse de talent. Dès lors, un Best-of en liquidation de tout solde, c’est une bonne idée. Pour plusieurs raisons, d’abord parce que les premiers singles, sortis avec le carton de Sing It Back, sont passés plus inaperçus. Ensuite parce qu’avec un rien de recul, ils ont quand même fait une carrière plus qu’honorable. Enfin parce qu’une bonne idée était d’adjoindre un CD live.

J’avais bien dit à l’époque tout le bien que je pensais du dernier album Statues. Comme parfois, je n’ai pas changé d’avis. Il tient toujours parfaitement la route d’un bout à l’autre, alors que les trois précédents se faisaient tirer l’oreille de temps à autres. Mais la sélection des titres est ici irréprochable (chipotons, on aurait pu ajouter I Want You). Rien ne manque vraiment de ce qui a fait le style Moloko : des extravagances (Indigo), du funk blanc, froid et dansant (les imparables scies Sing It Back et The Time Is Now), des pièces montées toujours plus complexes qu’il n’y paraît, ne laissant ainsi pas faner l’intérêt (Familiar Feelings et Forever More) ainsi que des moments de langueur propre sur soi (Statues, Pure Pleasure Seeker, Cannot contain this).

Partis sur la vague Trip-Hop, le duo a su évoluer, recruter et trouver un genre qui finalement n’appartient qu’à eux. Ce best-of s’avère donc un bon investissement pour celui qui n’aurait pas les albums.

Parallèlement à un côté policé en studio, Moloko est aussi une redoutable machine de guerre en concert. Pour l’avoir éprouvé avec les oreilles et les pieds, c’est d’une redoutable efficacité. Les tenues excentriques (et moches, osons le dire, même si ce n’est pas l’effet recherché) et les mimiques de Roisin Murphy, le battage du claviériste-compositeur et les impeccables musiciens impassibles qui doivent garder l’église au milieu du village, tout est là pour faire oublier le relatif classicisme des compositions. Donc faites bien attention au moment de l’achat, il faut prendre la version avec le Cd bonus. Il s’agit en fait d’une sélection basée sur le concert final de leur dernière tournée à Brixton. Ce concert était disponible depuis un petit temps en DVD et si l’image vous manque, vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Ceci n’est évidemment pas une découverte de talents prometteurs mais permet de faire la synthèse de la discographie d’un groupe qui va vraiment nous manquer. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Florent Brack - Faces

    On l’avoue, on reçoit beaucoup de musique et vu la relative étroitesse des styles défendus ici, le tri est souvent vite fait. Et puis quand on écoute certains artistes à la marge de nos goûts, il se peut qu’on soit intrigués et que le contact se fasse. C’est ce qui s’est fait avec Florent Brack et le son d’Unstoppable qui claque. Une relative déconnexion de la vraie vie m’a tenu à l’écart des dernières saisons de The Voice Belgique que Florent a visiblement remporté en 2015. Ne pas savoir ce genre de choses (...)

  • Part-Time Friends - Weddings and Funerals

    Non, ce n’est jamais la qualité moyenne d’un album pop qui frappe (sauf si elle est exceptionnellement élevée), on revient toujours sur un album pour les morceaux qui nous ont marqués, surtout en matière de musique pop. Même Si fait partie de ces morceaux immédiatement sympathiques, catchy en diable et confirme aussi une tendance très actuelle de mêler titres en français et en anglais, comme s’il fallait pratiquer la langue de Tatcher pour maintenir le cap pop. S’ils revendiquent que leurs influences (...)

  • Isaac Delusion - Uplifters

    C’est la basse qui tient l’avant-scène de Fancy, qui lance cet album et cette pop tristoune comme on l’aime fonctionne en plein. Elle a aussi le mérite d’énoncer clairement les intentions de l’album puisqu’on dénote un virage plus synthétique pour la formation française, plus solaire aussi sans doute.
    Ce qui nous vaut un album moins éclectique que par le passé mais pas uniforme pour autant. Leurs nouvelles aspirations pouvant ainsi s’incarner sur le plus sautillant sur Disorder qui repose comme presque (...)

  • Say Lou Lou - Immortelle

    On avait déjà été séduits par la pop sucrée mais pas trop du duo. Les jumelles Miranda et Elektra Kilbey sont les filles de Steve Kilbey (de The Church) et de la musicienne suédoise Karin Jansson. The Church, d’ailleurs, est surtout connu pour Under The Milky Way, composé par les deux parents. On retrouve sur ce court album une version trop enrobée qui n’a pas la beauté de l’original. On reste bien en famille donc.
    Fort logiquement, leur physique de publicité de mode leur a valu de tourner dans les (...)

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)